Une place pour le sport et le hockey féminins | 26 août 2020 | Article par Christian Lemelin

Crédit photo: Marc Antoine Hallé

Une place pour le sport et le hockey féminins

Nombreux sont ceux qui m’ont demandé pourquoi, soudainement, j’ai entrepris, l’automne dernier, de couvrir les activités des Titans de Limoilou, championnes du circuit de hockey collégial féminin québécois.

Publicité

Soudainement? Non.

Ça faisait un bon moment que je me demandais pourquoi on ne portait pas davantage attention à cette équipe, au hockey féminin dans son ensemble et aux autres disciplines pratiquées par les femmes de tous âges.

Au cours du mois de juin, chaque jour, j’ai fait un relevé des manchettes de la section sportive de trois grands médias québécois. Ma compilation est sans équivoque. Des 997 nouvelles publiées, 73 parlaient du sport au féminin. Vous avez bien lu, 73 sur 997. Des 73, plusieurs revenaient dans les trois médias en même temps et quatre fois on parlait de la même personne.

Oui, les vedettes féminines sont présentes dans les médias. Mais il faut avoir percé pour mériter une place régulière… et encore.

Je suis un ancien (très ancien) du Cégep Limoilou, journaliste sportif à la retraite depuis quelques années. J’ai du temps et encore assez d’énergie pour m’intéresser activement à la cause sportive. Mon choix s’est porté sur les Titans, parce que l’équipe évolue dans ma ville, elle est bien gérée et elle a du succès. Le hockey féminin, pas juste les Titans, s’est grandement amélioré, ces dernières années. Les filles patinent à un train d’enfer, les matches sont propres et enlevants.

J’ai décidé d’en parler.

Mes reportages paraissent dans ma page Facebook et sur Monlimoilou. C’est ma façon d’être utile et de rendre au sport ce qu’il m’a donné.

Et, au-delà de mon intérêt pour les Titans, je voudrais bien – je ne suis pas le seul! – qu’un jour, le hockey féminin ait sa place au sein des programmes sportifs de l’Université Laval. S’il y a des gens qui veulent travailler sur ce dossier, des femmes, surtout, faites-moi signe!