La relève chez les Titans de Limoilou : Élodie Caron | 29 septembre 2020 | Article par Christian Lemelin

Crédit photo: Christian Lemelin (image tirée de la vidéo)

La relève chez les Titans de Limoilou : Élodie Caron

En amorce de la saison 2020-2021, Christian Lemelin rencontre une à une les joueuses de l’équipe de hockey féminine des Titans du Cégep Limoilou, dont celles de la relève. D’où viennent-elles? Pourquoi ont-elles choisi le Cégep Limoilou, la ville de Québec? Quel type de joueuses sont-elles? Qui les inspire? C’est au tour de Élodie Caron.

Publicité

La saison passée, Élodie Caron était déjà membre des Titans de Limoilou en tant que remplaçante et participante régulière aux entraînements de l’équipe. La philosophie et la méthode de l’équipe ne lui étant pas étrangères, l’adaptation, si elle n’est déjà acquise, devrait donc se faire en douceur et faire d’elle une joueuse importante dès la première mise en jeu… quand elle aura lieu.

C’est ce que souhaite et croit l’entraîneur-chef des Titans, Pascal Dufresne.

« Élodie a eu la grande chance de s’entraîner avec nous pendant toute la saison passée et on voyait qu’elle avait un immense potentiel. Le fait d’avoir pratiqué un an avec nous, ça va l’aider à rentrer comme vétérane avec nous même si, officiellement, ce sera sa première saison dans l’équipe. On la compare à des filles de deuxième année avec toute sa fougue, son énergie, son intensité, elle va bien cadrer dans l’équipe. »

L’athlète de 18 ans a bien fait, à sa dernière campagne chez les As de Québec, se classant parmi les 10 meilleures pointeuses de la Ligue d’Excellence du Québec, catégorie Midget AAA. Mais c’est lors du tournoi de Kanata, gagné par les As, qu’elle a vraiment démontré son talent offensif avec deux tours du chapeau.

Issue d’une famille de sportifs – « mon grand-père, mon père (joue encore) et mes deux grands frères ont joué au hockey », dit-elle – Élodie, comme de plus en plus de jeunes filles, pratique son sport favori, en ligue, depuis l’âge de cinq ans. « Mais j’ai commencé vers l’âge de quatre ans avec mes deux grands frères sur la patinoire extérieure que notre père nous préparait », se rappelle-t-elle. Signe que ses parents ont donné à leurs enfants les outils et le support nécessaire à leur développement.

« Oui, ils m’ont vraiment beaucoup supportée. D’ailleurs, mon père m’a même entraînée pendant quelques années et il continue encore aujourd’hui à me suivre et à me conseiller. Donc oui, c’est énormément de temps qu’ils ont investi et je leur en suis très reconnaissante. »

Étudiante en sciences de la nature, Élodie se laisse encore du temps pour statuer sur sa future carrière mais, chose certaine, elle entend continuer à jouer au hockey dans les rangs universitaires. Quant à l’option de jouer chez les pros, « je vais commencer par l’université et on verra par la suite ».

Pour rester active, pendant les vacances d’été, Élodie joue à la balle-molle; par contre, une bonne partie de ses temps libres est consacrée, toute l’année durant, à la musique. « Je joue de plusieurs instruments dont la guitare, le piano, le saxophone et j’ai commencé à apprendre la batterie », confie-t-elle. À vrai dire, il ne manque qu’un « M » à son prénom!

LA RELÈVE CHEZ LES TITANS DELIMOILOU : ÉLODIE CARON # 15La saison passée, Élodie Caron était déjà membre des Titans de Limoilou en tant que remplaçante et participante régulière aux entraînements de l’équipe. La philosophie et méthode de l’équipe ne lui étant pas étrangères, l’adaptation, si elle n’est déjà acquise, devrait donc se faire en douceur et faire d’elle une joueuse importante dès la première mise en jeu… quand elle aura lieu.C’est ce que souhaite et croit l’entraîneur-chef des Titans, Pascal Dufresne. « Élodie a eu la grande chance de s’entraîner avec nous pendant toute la saison passée et on voyait qu’elle avait un immense potentiel. Le fait d’avoir pratiqué un an avec nous ça va l’aider à rentrer comme vétérane avec nous même si, officiellement, ce sera sa première saison dans l’équipe. On la compare à des filles de deuxième année avec toute sa fougue, son énergie, son intensité, elle va bien cadrer dans l’équipe. »L’athlète de 18 ans a bien fait, à sa dernière campagne chez les As de Québec, se classant parmi les 10 meilleures pointeuses de la Ligue d’Excellence du Québec, catégorie Midget AAA. Mais c’est lors du tournoi de Kanata, gagné par les As, qu’elle a vraiment démontré son talent offensif avec deux tours du chapeau.Issue d’une famille de sportifs – « mon grand-père, mon père (joue encore) et mes deux grands frères ont joué au hockey » – Élodie, comme de plus en plus de jeunes filles, pratique son sport favori, en ligue, depuis l’âge de cinq ans. « Mais j'ai commencé vers l'âge de quatre ans avec mes deux grands frères sur la patinoire extérieure que notre père nous préparait », se rappelle-t-elle. Signe que ses parents ont donné à leurs enfants les outils et le support nécessaire à leur développement. « Oui, ils m'ont vraiment beaucoup supportée. D'ailleurs mon père m’a même entraînée pendant quelques années et il continue encore aujourd'hui à me suivre et à me conseiller. Donc oui, c'est énormément de temps qu'ils ont investi et je leur en suis très reconnaissante. »Étudiante en sciences de la nature, Élodie se laisse encore du temps pour statuer sur sa future carrière mais, chose certaine, elle entend continuer à jouer au hockey dans les rangs universitaires. Quant à l’option de jouer chez les pros, «je vais commencer par l’université et on verra par la suite ».Pour rester active, pendant les vacances d’été, Élodie joue à la balle-molle, par contre, une bonne partie de ses temps libres est consacrée, toute l’année durant, à la musique. « Je joue de plusieurs instruments dont la guitare, le piano, le saxophone et j'ai commencé à apprendre la batterie », confie-t-elle. À vrai dire, il ne manque qu’un «M» à son prénom !Vous avez vu ? Vous avez lu ? N’hésitez pas à partager !

Posted by Christian Lemelin on Tuesday, September 29, 2020

Vous avez vu? Vous avez lu? N’hésitez pas à partager!