La relève chez les Titans de Limoilou : Wikona Laloche | 5 décembre 2020 | Article par Christian Lemelin

Crédit photo: Marc Antoine Hallé

La relève chez les Titans de Limoilou : Wikona Laloche

En amorce de la saison 2020-2021, Christian Lemelin rencontre une à une les joueuses de l’équipe de hockey féminine des Titans du Cégep Limoilou, dont celles de la relève. D’où viennent-elles? Pourquoi ont-elles choisi le Cégep Limoilou, la ville de Québec? Quel type de joueuses sont-elles? Qui les inspire? C’est au tour de Wikona Laloche.

Publicité

Une recrue qui pourrait attirer l’attention, au cours des prochaines saisons, chez les Titans de Limoilou : Wikona Laloche.

Née à La Tuque, originaire de Wemotaci, l’athlète de 17 ans a fait sa marque chez les Stars 55 Mauricie / Centre-du-Québec la saison passée. Trifluvienne depuis l’âge de sept ans, quand ses parents ont emménagé dans la cité de Laviolette, Wikona a complété le calendrier 2019-2020 au deuxième rang des marqueuses de la Ligue d’Excellence du Québec, avec une fiche de 13 buts et 17 aides. Elle évolue sur le flanc droit.

Wikona Laloche.
Crédit photo: Marc Antoine Hallé

« Wikona a une vision du jeu au-dessus de la moyenne. Elle va plaire aux spectateurs par ses habiletés avec la rondelle », affirme Pascal Dufresne, entraîneur-chef des Titans. Wikona a été l’une des marqueuses, dans la victoire de 4-2 des Titans, le dimanche 4 octobre, lors du premier match face à l’Arsenal de l’Académie Saint-Louis (M18-masculin).

Dès l’âge de trois ans, elle tenait un bâton de hockey dans ses mains. Elle suit les traces de sa grande sœur, qui a joué jusqu’au niveau collégial.

Actuellement, « Wiko » est inscrite au parcours Tremplin DEC au Cégep Limoilou. Si elle se donne encore du temps pour son choix de carrière, elle n’hésite pas à dire qu’elle poursuivra son parcours sur glace dans les rangs universitaires.

D’ici là, elle peut compter sur ses parents pour l’encourager en tout temps, en toute circonstance.  « J’ai la chance d’avoir une famille qui me soutient dans les échecs ou dans les réussites et pour cela, je les remercie énormément. »

À l’instar de celles et ceux qui attendent le feu vert pour amorcer officiellement la saison 2020-2021, Wikona est préoccupée par la crise sanitaire que nous traversons, mais elle comprend la situation. « Ce qui me préoccupe, en ce moment, c’est le fait de ne pas pouvoir jouer une saison « normale », mais dans les circonstances, avec la pandémie, c’est raisonnable », avait-elle mentionné dans un échange précédent.

La conversation a été enregistrée à distance, alors que Wikona était dans sa famille, à Trois-Rivières, mais, pour des raisons que j’ignore, le rendu – qualité de l’image – était plus ou moins satisfaisant. Des essais avant et depuis étaient pourtant positifs. L’exercice sera repris prochainement.