Une résidence d’écriture à Saint-Albert-le-Grand avec Émilie Rivard | 28 janvier 2020 | Article par Jason Duval

Émilie Rivard

Crédit photo: Gracieuseté

Une résidence d’écriture à Saint-Albert-le-Grand avec Émilie Rivard

Pour douze semaines, l’auteure jeunesse Émilie Rivard s’est installée tout près des élèves de l’école primaire Saint-Albert-le-Grand dans le cadre d’une résidence d’écriture et d’animation soutenue par le programme « La culture à l’école ».

Publicité

Émilie Rivard a écrit plus d’une cinquantaine de romans et de nouvelles au cours de sa carrière et remporté en 2018 le Prix jeunesse en libraire pour 1re Avenue. Elle est depuis 2005 l’une des auteures jeunesse québécoises les plus prolifiques et populaires. C’est la deuxième fois qu’elle réalise une résidence auprès de son public cible. Elle y travaillera sur des projets personnels, un nouveau roman entre autres, mais aussi sur un projet collectif avec les élèves, en animant plus d’une dizaine de classes de l’école Saint-Albert-le-Grand.

Le programme La Culture à l’école du ministère de l’Éducation du Québec se décline en deux volets. Il offre aux écoles l’occasion de multiplier les activités créatives de leurs élèves, en faisant appel à des artistes québécois. C’est dans le cadre du volet « Une école accueille un artiste ou un écrivain » qu’Émilie Rivard est reçue à Saint-Albert-le-Grand. Ce volet permet de sélectionner parmi une liste un artiste ou écrivain qui résidera à l’école afin de faire découvrir son métier aux enfants.

Un livre par étapes

Émilie Rivard s’imprègne de l’énergie de Saint-Albert-le-Grand, qui alimentera un recueil collectif réalisé avec les élèves, où plusieurs cultures se côtoieront. Pendant environ 20 heures chaque semaine, Rivard anime des ateliers autour du thème des trésors à découvrir. Les enfants y sont invités à créer leurs propres histoires dans un autre cadre que celui habituellement imposé dans les classes.

Émilie Rivard a structuré ses activités selon les grandes étapes de la création d’un livre adapté à la classe et au niveau des élèves. Les enfants sont d’abord invités à lancer des tempêtes d’idées, puis à les retravailler avant d’en faire un premier jet, qui sera retravaillé vers le produit final. C’est une occasion pour les élèves du primaire de découvrir le travail derrière un roman. Chaque jour, Rivard et les élèves se côtoient et discutent d’idées et d’autres choses. Rivard espère qu’il y aura à la toute fin de ce projet un lancement réunissant parents et élèves.

Défaire les mythes et encourager la créativité

L’auteure est très satisfaite de la réception des élèves, d’autant plus que pour elle, c’est l’occasion de défaire certains mythes… Les enfants ont souvent une perception des choses unique. La perception qu’on a de certains métiers peut être stéréotypée, selon ce que nous en montrent les médias, les émissions télé… Émilie Rivard veut faire comprendre aux élèves qu’une auteure est un être tout à fait normal – plutôt qu’un être à part, parfois torturé sur le coin d’une table!

C’est surtout l’occasion pour elle d’encourager la pleine créativité des enfants. La résidence d’auteure est une activité à part de l’école, donc aucune note n’est attribuée aux enfants. C’est un moment où leurs idées, même les plus farfelues ou abstraites, peuvent être exploitées pleinement. Les élèves, sans pression, sont libres de créer ce qu’ils veulent, développant leurs aptitudes tout en s’amusant. Pour certains, c’est l’occasion de se découvrir un passion pour la lecture ou l’écriture. Émilie Rivard laissera chez ceux-là une trace indélébile…

En savoir plus sur...