Teorem art: nouvelle marque de skateboard et lifestyle basée à Limoilou | 8 mai 2020 | Article par Amélie Légaré

Crédit photo: Courtoisie Teorem Art

Teorem art: nouvelle marque de skateboard et lifestyle basée à Limoilou

Une nouvelle entreprise écoresponsable a récemment vu le jour à Limoilou. Teorem art est un projet issu d’une passion commune pour le skateboard, mais surtout d’une grande amitié entre les trois cofondateurs. Lancée en avril dernier, la marque lifestyle présente sa toute première collection.

Publicité

Le nom Teorem art représente l’acronyme des trois premières lettres des prénoms des acolytes originaires de France : Téo Alletz, Rémy Moreau et Arthur Boissinot. Un autre partenaire s’ajoute à leur équipe basée à Limoilou : le designer graphique Richard Breuil. C’est en intégrant son talent et en s’inspirant des minorités ethniques que la première collection « We are one » a vu le jour, après deux ans de recherche et de développement.

Aujourd’hui, l’identité de Teorem art est bien forgée. Toutes les planches de skateboard sont conçues en bois d’érable canadien et sont fabriquées à Québec. Les vêtements ou accessoires sont dessinés, fabriqués et transformés au Canada. Selon Arthur Boissinot, le fait de travailler avec des partenaires locaux permet de produire au fur et à mesure et d’éviter la surproduction.

« Nous fonctionnons principalement en circuit court en utilisant des matériaux écoresponsables. C’est aussi le moyen pour nous d’avoir le contrôle sur la qualité de nos produits et de développer l’économie locale. »

La jeune entreprise collabore également avec l’organisme Arbre-Évolution. « Notre environnement et l’écologie sont au cœur de nos préoccupations, nous avons donc décidé de fonctionner en circuits courts et favoriser l’économie locale tout en minimisant considérablement les émissions de CO2 de notre activité. Ainsi, pour 10 planches vendues nous plantons un érable dans notre belle région de Québec », ajoute-t-il.

Lancement à petite échelle

Avant de produire de grandes quantités, l’équipe a décidé de faire le lancement officiel de

Teorem art sur la plateforme de financement participatif Ulule. « C’est le moyen pour nous de privilégier notre communauté en offrant la possibilité d’avoir les produits de notre première collection en avant-première et d’éviter la surproduction qui fait tant de mal à notre planète. » La prévente, qui a débuté en avril, se tient jusqu’au 17 mai. « Pour cette première collection, on travaille beaucoup avec du tissu de bambou. Certaines pièces sont aussi en coton bio. On essaie d’avoir une philosophie et une pensée écologique sur tous nos [processus] », confie Arthur.

Projets d’avenir

Une fois la prévente terminée, les jeunes entrepreneurs prévoient lancer leur site de vente en ligne et aimeraient distribuer leurs produits dans certains commerces ciblés. Une entente est déjà établie avec leur ami propriétaire du KRWN Barbershop. « Sur Saint-Joseph, il y a un salon et il y a une partie qui est dédiée à l’exposition d’œuvres d’art ou de produits d’artistes de gens qu’il connaît et qu’il a envie de promouvoir. Il a proposé de nous faire une petite place chez lui. On est en train de travailler sur d’autres partenariats, mais il n’y a rien d’officiel encore. »

L’équipe prévoit d’ailleurs organiser une soirée de lancement officiel sous forme de 5 à 7 lorsque la situation le permettra. À plus long terme, les entrepreneurs aimeraient avoir pignon sur rue dans un commerce ou une boutique collaborative. D’ici là, ils visent réaliser un projet humanitaire à Cuba en collaboration avec des associations locales.

« On a vraiment aimé ce pays et la population là-bas, mais c’est assez cruel le manque de moyens qu’ils ont. Il y a quand même une jeunesse qui se lance dans le skateboard. […] Ce qu’on aimerait organiser, c’est de pouvoir faire une collecte de vieilles planches ou de textiles qu’on pourrait collecter et leur offrir, et notamment se rendre sur place et les aider bénévolement sur un projet de construction d’un skatepark ou autre. C’est un projet qui nous tient à cœur », conclut Arthur.

Pour découvrir la première collection de Teorem art, c’est par ici.