Une histoire du Colisée de Québec : 3- L’inauguration du nouveau Colisée en 1949 | 15 novembre 2020 | Article par Réjean Lemoine

Cérémonie de bénédiction du nouveau Colisée le 15 décembre 1949. Monseigneur Maurice Roy et le maire Lucien Borne.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Une histoire du Colisée de Québec : 3- L’inauguration du nouveau Colisée en 1949

Monlimoilou réactualise les articles de l’historien Réjean Lemoine qui ont particulièrement retenu l’attention de 2010 à 2014. Dans ce dernier texte de la série, il revient sur la soirée d’inauguration du « temple du hockey » teintée par les traditions chrétiennes de l’époque.

Publicité

« Un palais digne de l’esprit sportif de sa population »

À la suite de l’inauguration du nouveau Colisée le 15 décembre 1949, la presse ne tarit pas d’éloges envers le maire de Québec, Lucien Borne. Les journaux vantent l’esprit d’entreprise du premier citoyen de Québec pour la réalisation du projet. On souligne à la fois sa construction en un temps record et son audacieuse architecture des plus modernes. La presse s’attarde à mentionner que le « temple du hockey » reçoit de nombreux éloges de citoyens étrangers : « Québec possède maintenant un palais digne de l’esprit sportif de sa population ».

C’est donc devant une foule de 4 000 personnes debout qu’a lieu l’inauguration du nouveau Colisée et de la saison de hockey. Pour l’occasion, on décide de présenter un match d’exhibition formé de deux équipes en mélangeant les joueurs des As et des Citadelles. La soirée est organisée par le Conseil central des œuvres (ancêtre de Centraide). Une équipe porte le nom du maire Borne et l’autre, celui de Thomas Maher, président de la Campagne du Centraide de l’époque. L’équipe de Maher l’emportera 2 à 1 sur celle du maire Borne. Le but gagnant est marqué par un joueur de couleur noir Herbie Carnegie. Tous les profits de la soirée seront versés aux pauvres et aux déshérités de la région.

Pleinement fonctionnel au début de 1950

Le déroulement de cette soirée nous en apprend beaucoup sur la mentalité religieuse de l’époque. C’est après une prestation musicale des musiciens du 22e Régiment et de la Fanfare du Patro Saint-Vincent de Paul que le nouveau Colisée sera inauguré. Laissons le journaliste L.A. Frenette du journal L’Action catholique nous décrire l’événement :

« C’est dans un décor composé de jeunes joueurs disposés en forme de croix sur la glace du Colisée que la bénédiction s’est faite par son excellence Mgr Maurice Roy, Archevêque de Québec ».

Par la suite, la foule entonnera le chant religieux Notre-Dame du Canada.

Le nouveau Colisée quelques mois après son inauguration. Juillet 1950.
Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Finalement, les bancs du nouveau Colisée ne seront installés que dans les premiers mois de l’année 1950. Québec possède dorénavant son amphithéâtre!

Comme la publication initiale de la série en trois volets Une histoire du Colisée de Québec remonte à une dizaine d’années, ajoutons que c’est en 2015 que le couperet est tombé sur  le destin de l’édifice (renommé Colisée Pepsi) avec l’ouverture du Centre Vidéotron. Initialement prévue pour être complétée en décembre, sa démolition est toujours retardée puisque qu’en septembre dernier, l’appel d’offres pour les travaux n’avait toujours pas été lancé.

Retrouvez les deux premiers textes de la série : 
1- L’incendie du petit Colisée en 1949
2- Construire un amphithéâtre en six mois

Du même auteur, d’une série précédente : L’Externat classique Saint-Jean Eudes.