Bruits mystérieux : la White Birch ciblée par la Ville | 28 mai 2021 | Article par Julie Rheaume

Une vue de la White Birch.

Crédit photo: Jean Cazes

Bruits mystérieux : la White Birch ciblée par la Ville

Dans les derniers mois, des citoyens de plusieurs quartiers disaient entendre des bruits étranges. Selon certains, le phénomène durait depuis des années. La Ville de Québec a identifié la source du bruit qui serait causé par des évents de pompes à vide sur la toiture de l’usine de Papiers White Birch. La compagnie travaillerait maintenant sur un plan de mitigation pour diminuer ces sons, selon la municipalité.

Publicité

Des résidents de Limoilou, Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste et du Vieux-Québec avaient remarqué ces bruits étranges. Des signalements avaient été faits à la Ville de Québec en lien avec ce phénomène. Le Carrefour en avait d’ailleurs parlé ce printemps dans un article. Le 28 mai, la municipalité nous a transmis sa réponse officielle dans ce dossier.

« Depuis la fin de l’hiver, la Ville travaille à identifier la source de bruits anormaux qui lui ont été signalés dans les secteurs du centre-ville, plus précisément dans les quartiers Limoilou, Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste et du Vieux-Québec. Au fil de l’enquête, diverses sources ont été vérifiées, dont des unités de ventilation d’édifices et les activités portuaires et industrielles du secteur », a indiqué David O’Brien, porte-parole et chef d’équipe aux communications à la Ville de Québec.

Oscillation de basse fréquence

L’enquête de la Ville de Québec a permis de cibler la White Birch. Le son à basse fréquence, qui était présent depuis des années, était devenu plus perceptible en raison de la baisse de circulation automobile et l’absence de certains autres bruits liées à la pandémie.

« La Ville est en mesure de confirmer que la source du bruit considéré comme anormal s’avère être une oscillation de basse fréquence causée par des évents de pompes à vide sur la toiture de l’usine de Papiers White Birch. Étonnement, ce bruit de basse fréquence cause un battement acoustique qui se répercute sur une très longue distance lorsque le bruit ambiant est à son minimum en soirée et la nuit. La situation de la pandémie, où la circulation automobile et le bruit d’une ville animée étaient quasi inexistants en soirée, explique notamment pourquoi ce bruit qui est présent depuis des années et qui était masqué par la circulation et la vie urbaine est devenu tout d’un coup perceptible. D’autres facteurs météorologiques comme le vent ou le plafond atmosphérique peuvent aussi amplifier sa perception », a poursuivi le porte-parole.

White Birch sera responsable des correctifs à apporter. « Dès que l’enquête a mené la Ville vers les installation de la White Birch, la compagnie a immédiatement collaboré à aider à identifier la source, et travaille présentement sur un plan de mitigation afin de diminuer ce bruit d’oscillation de basse fréquence. Un délai de conception et de construction est toutefois nécessaire. La Ville collabore étroitement avec la White Birch et suit le dossier de près afin que les correctifs soient apportés », ajoute M. O’Brien.

Autres édifices

La municipalité a également identifié des sources de bruits émis par les équipements d’autres édifices.

« Finalement, lors de son enquête pour trouver la source du bruit, la Ville a pu constater diverses améliorations à être apportées pour diminuer le bruit émis par divers équipements d’autres édifices (ex: ventilation) et installations du centre-ville et les a signifiées aux propriétaires. La Ville est confiante que cet exercice permettra à terme une diminution globale du bruit ambiant », conclut David O’Brien.