Élections municipales 2021 : Démocratie Québec, Limoilou et Maizerets-Lairet | 25 octobre 2021 | Article par Suzie Genest

Omar Berri et Simon Levasseur, candidats de Démocratie Québec

Crédit photo: Montage à partir des photos de Démocratie Québec

Élections municipales 2021 : Démocratie Québec, Limoilou et Maizerets-Lairet

Six partis et des candidat.e.s indépendant.e.s briguent nos cinq districts aux élections municipales 2021. Pour vous les présenter, nous faisons équipe avec Québec réveille, la quotidienne matinale de CKIA 88,3. L’animatrice Marjorie Champagne a reçu le 21 octobre les candidats de Démocratie Québec dans les districts de Limoilou et de Maizerets-Lairet.

Publicité

Fruit d’une fusion de quatre partis, Démocratie Québec a vu le jour en 2013. L’élection de trois candidat.e.s cette année-là en a fait l’opposition officielle au conseil municipal de la Ville de Québec. Élu dans Cap-aux-Diamants en 2017 avec le parti, Jean Rousseau en est le chef depuis la fin 2020.

Démocratie Québec entend « restaurer le respect et le dialogue démocratique dans la vie publique municipale de Québec », selon son site web. Cela passe par « un processus de concertation continu auquel les citoyens se doivent de participer en s’exprimant sur des sujets touchant leur qualité de vie au quotidien ». La solidarité, l’entraide, l’équité, le respect, l’intérêt public forment ses valeurs dominantes. Il prône l’ouverture, la transparence, le souci de l’éthique et de la déontologie chez les élu.e.s. Ceux-ci et celles-ci doivent être des personnes représentatives de leur milieu et de sa diversité, selon Démocratie Québec.

Omar Berri, Maizerets-Lairet

Omar Berri vit dans Saint-Rodrigue, dans l'arrondissement de Charlesbourg, depuis 2008. Horticulteur, il a travaillé entre autres chez Prime Fleurs et comme gestionnaire d’entreprises.

Également chauffeur et propriétaire de taxi, il a occupé différents postes chez Taxi Coop 5191. Il se perfectionne présentement en horticulture et gestion des espaces verts à l’Université Laval.

Simon Levasseur, Limoilou

Simon Levasseur a grandi dans Limoilou. Il a étudié en économie et en sciences politiques à l’Université Laval. Il a aussi une formation en gestion hôtelière, un des domaines dans lesquels il a travaillé, en Colombie-Britannique et à Québec.

M. Levasseur a travaillé au Guatemala et au Honduras. Il y a enseigné le français langue seconde et oeuvré dans des projets communautaires. Il vit présentement dans le quartier Saint-Sauveur.

Des enjeux principaux pour Démocratie Québec

Si Simon Levasseur devait identifier un seul enjeu prioritaire, ce serait celui de « restaurer autant à l’hôtel de Ville que sur le terrain un climat qui préconise le dialogue l’entraide et la considération des opinions divergentes ». Il déplore que les citoyens se sentent comme des spectateurs devant les grands projets qui touchent leur milieu.

Son collègue de Maizerets-Lairet estime aussi que « la consultation publique, prendre les avis des gens et travailler avec les gens » est un enjeu prioritaire. Il y ajoute, pour son district, le tramway et le développement des terrains vacants, qui préoccupent les citoyens.

Démocratie Québec et l'engagement

Simon Levasseur a joint Démocratie Québec avant tout en raison du chef et des valeurs du parti. Il cite notamment l’ouverture d’esprit. Il mentionne aussi « des idées de grandeur pour la ville sans marteler des projets » à la population. Il souligne le passé et la formation scientifiques de son chef, son souci de s’appuyer sur des données et sur différents spécialistes.

Démocratie Québec n’est « pas un parti d’une personne », ajoute M. Berri, qui veut marquer une différence avec Équipe Labeaume.

Le programme de Démocratie Québec mentionne que le citoyen « se doit de participer » au processus démocratique. Comment favoriser la participation citoyenne malgré les emplois du temps chargés?

Pour Simon Levasseur, cette participation découle d’un choix de « choses qui nous tiennent à cœur ». Il s’agit de « prioriser certains enjeux et en faire des intérêts personnels ». Quant à Omar Berri, il reproche à l’administration précédente d’avoir géré la Ville comme une « entreprise incorporée » plutôt que comme une « entreprise collective »

Tramway et logement

Simon Levasseur souligne que son parti a été le premier à proposer un tramway pour Québec. Plusieurs « partis ou personnes » ensuite se le sont réapproprié, dit-il. Il reconnait que le projet va « changer le paysage », mais estime que tout est dans « la façon de faire ».

Démocratie Québec, favorable au tramway, s’oppose cependant aux coupes d’arbres, à la plateforme, à d’éventuelles redevance. M. Levasseur se désole que le projet soit devenu une source de division. Il reproche à l’administration sortante d’en avoir fait « un cheval de bataille » en laissant les citoyens sans réponses à de nombreuses questions. C’est, dit-il, « un excellent projet » mais qui a été présenté de façon à « presque gaver la population ».

Comment mener à bien le projet de tramway sans couper d’arbres? Omar Berri est confiant qu’on puisse trouver des solutions, même s’il reconnaît l’ampleur des travaux requis. Il souligne qu’on ne sait pas combien d’arbres seront sacrifiés et replantés.

Comment éviter la gentrification que risque d’entraîner l’augmentation de la valeur des propriétés le long du trajet du tramway? M. Berri se dit bien conscient de cet enjeu. Il note que dans son district, une majorité de citoyens sont des locataires, qui risquent d’en ressentir les impacts.

« Nous, on va travailler de façon à aider ces gens-là. Il faut que ça passe à travers les associations, à travers les coopératives. Il faut aussi faire des programmes d’achats, d’acquisition […] Le logement social, il faut qu’on travaille là-dessus. »

Pour M. Berri, ces solutions, devraient aider les gens à épargner afin d’avoir ensuite accès à la propriété, avec le soutien de programmes gouvernementaux. Il illustre comment lui-même a pu acheter une maison après avoir vécu en coopérative.

Simon Levasseur ajoute, concernant les logements abordables :

« Démocratie Québec est clair là-dessus, c’est 6000 logements d’ici 2025. Est-ce que c’est la réponse à tout? Non, mais il y a plusieurs mécanismes là-dedans. Ce n’est pas seulement de freiner une hausse démesurer des loyers et comme par magie, tout le monde a les moyens de se loger. »

Il évoque les besoins en matière de sécurité alimentaire également.

Zone d’innovation Littoral Est (ZILE)

Concernant la Zone d’innovation Littoral Est, Omar Berri rapporte avoir rencontré le conseil de quartier. Il évoque le manque d’information et l’absence de consultation des citoyen.ne.s. Démocratie Québec demandera un moratoire, mentionne-t-il.

« Il y a un besoin de logement […] de commerces de proximité […] Pour nous, la forme actuelle de ce projet, c’est à revoir en collaboration avec les citoyen.ne.s. »

Simon Levasseur acquiesce et précise qu’il faut un équilibre, entre le développement économique et résidentiel notamment, dans le développement de la ZILE.

Entrevue avec Omar Berri et Simon Levasseur à Québec réveille

Monlimoilou, Monsaintroch, Monsaintsauveur, Monmontcalm présentent les candidat.e.s aux élections municipales dans l’ordre où Québec réveille les reçoit en studio. La formule choisie réunit en entrevue des candidat.e.s d’un même parti, faisant campagne dans des districts adjacents. L’ordre de présentation des candidat.e.s est déterminé par leurs disponibilités et par la programmation de Québec réveille. Nous avons collaboré au choix des thèmes abordés.