Un voyage de 3398 km pour photographier les chats du Québec | 9 février 2021 | Article par Jessica Lebbe

Un aperçu de la couverture du livre Chats, ruelles et paysages.

Crédit photo: Jessica Lebbe / Geneviève Lesieur

Un voyage de 3398 km pour photographier les chats du Québec

Après le succès de ses deux premiers livres de photos de chats à Québec, Geneviève Lesieur a cette fois allié l’utile à l’agréable en photographiant 52 félins (en 21 jours!) sur la route de ses vacances, de Limoilou aux Îles-de-la-Madeleine. Le périple de 3398 km a donné naissance à un troisième ouvrage : Chats, ruelles et paysages, où l’animal et la Belle Province se partagent la vedette.

Publicité

« Ce sont les gens qui ont tracé mon itinéraire avec tous les chats se retrouvant sur mon chemin », raconte Geneviève Lesieur, en entrevue à CKRL. La photographe rêvait de partir en vacances aux Îles, mais trouvait le voyage « encore plus cool » si elle pouvait prendre les félins en photo tout au long du trajet. Elle a donc lancé un appel sur sa page Facebook professionnelle, où ses plus de 4000 abonnés lui ont donné tout autant de suggestions sur les arrêts incontournables!

Départ : Québec, où elle trouve encore de l’inspiration pour capter l’animal, de Limoilou (quartier où est né le premier livre) à Saint-Sauveur. Elle passe ensuite par Saint-Jean-Port-Joli, Kamouraska, Saint-Simon de Rimouski, Percé, Cap-d’Espoir, Charlottetown et, enfin, les Îles-de-la-Madeleine, soit 3398 km à découvrir inlassablement les chats en région.

Mini fée à Saint-Jean-Port-Joli et la main de la photographe prise en flagrant délit de tendresse!
Crédit photo: Geneviève Lesieur

La photographe nous fait découvrir tous types de personnalités à travers les pages : des cachotiers Picasso, Samuel L. Jackson et Georgette aux joueurs Mini Fée et Chanel, en passant par les observateurs Iris et Mini Tiger. Aucun ne laisse indifférent… même sans être amateur de chats!

Les plus difficiles à capter dans son objectif? « Ceux qui sont trop affectueux! Quand ils sont dociles et qu’ils se collent, ça devient plus difficile de les prendre en photo! », raconte Geneviève Lesieur. En effet, à part une main de la photographe, vous ne la verrez jamais sur le cliché, car la vedette… c’est le félin!

Le Québec vole la vedette?

Ce qui marque particulièrement en feuilletant le livre, c’est la beauté des paysages estivaux du Québec. Limoilou et Saint-Sauveur, par exemple, sont bien plus verts que ce que l’on imagine.

« Mon but, ce n’est pas seulement de photographier le chat, mais plutôt de le prendre dans son contexte de vie. Tous les décors prennent tout leur sens grâce aux fleurs ou à la verdure. Je mets beaucoup l’accent là-dessus pour créer de belles images », explique la photographe.

Chili au Rocher Percé.
Crédit photo: Geneviève Lesieur

Dans Chaudière-Appalaches, on s’émerveille de l’architecture de maisons charmantes devant lesquelles les chats se prélassent.

En Gaspésie, face au Rocher Percé, c’est à se demander si c’est la végétation luxuriante du paysage ou les yeux verts perçants de la chatte Chili qui font le plus d’effet. Aux Îles-de-la-Madeleine, le félin et ses empreintes dans le sable sont minuscules face aux lever et coucher de soleil alors qu’il se prend pour le roi des lieux devant les maisons colorés.

Ces régions ont déjà la réputation d’être photogéniques, l’œil curieux et malin de Geneviève Lesieur les magnifient encore plus grâce aux comportements animaliers.

Aborder la différence

Quand on demande à la photographe s’il y a des chats plus beaux dans certaines régions que d’autres, de prime abord, elle a du mal à répondre.

« Oh mon dieu… Non, je ne trouve pas nécessairement… Ok, j’ai peut-être un petit faible pour nos petits chats de Limoilou, parce que c’est mon quartier! Pis, je les connais peut-être un peu plus, car je les croise régulièrement. Je trouve que chacun a sa personnalité. Aux Îles-de-la-Madeleine, ils vont plus au grand air, alors ils sont plus ébouriffés et ont l’air plus sauvage. La personnalité change vraiment selon la région, c’est intéressant. »

Jacob à Cap d’Espoir
Crédit photo: Jessica Lebbe / Geneviève Lesieur

Mine de rien, le livre aborde aussi la différence avec le chat qui a la tâche « mal placée », celui qui a moins de poils, le solitaire, le peureux ou la face méchante…

Celui qui marquera les esprits sera certainement Jacob, rencontré à Cap d’Espoir en Gaspésie. Le lykoi loup-garou a des pattes sans poils alors que son corps est bien fourni. Un chat dans un corps d’autruche.

Malgré cette distinction, Geneviève Lesieur nous apprend dans la description de la photo, que l’animal est calme et sociable. C’est pourquoi quand sa maîtresse pendra sa retraite, elle aimerait offrir un service de zoothérapie auprès des personnes âgées tant il suscite la discussion.

Des minets autour du monde

Marley et Mia, maîtres du monde sur la façade de l’épicerie fine La Réserve à Limoilou.
Crédit photo: Geneviève Lesieur

Quelle aventure attend désormais la photographe après avoir parcouru 3398 km à la rencontre du félin au Québec? Le chat autour du monde, bien sûr! Geneviève Lesieur s’envolera pour le Maroc, la Grèce et la Croatie – quand la pandémie le permettra – afin de compléter ce quatrième ouvrage à paraître en 2022, aux Éditions de l’Homme.

Les chats de Limoilou demeureront-ils toujours les plus beaux après de telles rencontres? À suivre!

Chats, ruelles et paysages : de Québec aux Îles-de-la-Madeleine, de Geneviève Lesieur, aux Éditions de l’Homme.