La sécurité alimentaire en vélo cargo | 21 janvier 2021 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Gracieuseté Ariane Jacques-Côté

La sécurité alimentaire en vélo cargo

Nourrir ensemble compte lancer cet hiver son projet-pilote de livraison de paniers d’aide alimentaire en vélo cargo, destinés aux personnes à mobilité réduite qui en ont besoin.

Publicité

« On espère commencer dès février, ou un peu plus tard cet hiver. On a analysé les besoins, et il y a un gros trou dans Lairet. Le Patro (Roc-Amadour) et la Bouchée généreuse offrent de l’aide alimentaire, mais pas la livraison. D’autres organismes offrent la livraison, mais desservent un certain territoire », explique la fondatrice de Nourrir ensemble, Ariane Jacques-Côté.

Nourrir ensemble a obtenu ses lettres patentes d’organisme en septembre dernier, et deux mois plus tard, un appui financier du député de Québec Solidaire dans Jean-Lesage, Sol Zanetti, dans le cadre du soutien à l’action bénévole.

« On a aussi un premier partenaire, le Patro Roc-Amadour. On va donc concentrer nos livraisons sur le territoire de l’organisme, mais on est ouverts aussi à collaborer avec d’autres organismes en aide alimentaire. On espère donc livrer aussi ailleurs, dans toute la ville de Québec », envisage la fondatrice de Nourrir Ensemble.

La résidente du Vieux-Limoilou évalue à des centaines les personnes pouvant être aidées par son organisme.

Nourrir ensemble a comme premier partenaire le Patro Roc Amadour
Crédit photo: archives

Maximiser les ressources

Dans une perspective de mobilité durable et de solidarité communautaire, Nourrir ensemble souhaite maximiser les ressources existantes, tant pour les vélos cargos que la nourriture. L’organisme compte utiliser un vélo de Vélos Roy-O et un autre de la sandwicherie Fastoche, en dehors des heures d’affluence.

Ariane Jacques-Côté, fondatrice de Nourrir ensemble.
Crédit photo: Courtoisie Ariane Jacques-Côté

« Éventuellement, on pourrait avoir nos vélos cargos et les louer lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Côté bouffe, on aimerait intégrer les surplus alimentaires dans notre projet, en les cuisinant dans les locaux de cuisine collective et en les vendant pour générer des revenus », explique Ariane Jacques-Côté.

La fondatrice de Nourrir ensemble est épaulée par Laura Pineau dans le mouvement de lutte contre le gaspillage alimentaire, et de Frédéric Laprise pour le développement d’outils technologiques en ligne.

« On aimerait développer une plateforme en ligne de mise en commun des ressources en aide alimentaire », résume Mme Jacques-Côté.

Pour le côté administratif et entrepreneurial, l’organisme est soutenu par la CDEC (Corporation de développement économique et communautaire). Afin de pérenniser son existence et une constance dans ses services, Nourrir ensemble compte demander du soutien financier à la Santé publique, dans le cadre d’un programme de trois ans qui lui permettrait d’embaucher un employé.

Nourrir ensemble est à la recherche de bénévoles à vélos pour livrer les paniers d’aide alimentaire, ainsi que des personnes à mobilité réduite ayant besoin de cette aide. L’organisme compte lancer prochainement une campagne de sociofinancement.

Pour plus d’information, on peut écrire à coordo@nourrirensemble.ca