Limoilou dans les années 1970 (50) : une maison disparue et l’épicier-boucher L. P. Couture | 30 mai 2021 | Article par Jean Cazes

En 1974, cette propriété de la famille des commerçants Couture était sur le point de disparaitre au profit d’un stationnement municipal.

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Limoilou dans les années 1970 (50) : une maison disparue et l’épicier-boucher L. P. Couture

La série Limoilou dans les années 1970 revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources. Nous nous intéressons aujourd’hui au coin de la 10e Rue et de la 3e Avenue.

Publicité

La photo en vedette a été immortalisée le 21 mai 1974. Elle provient d’une série tirée du fonds de négatifs des photographes Lefaivre & Desroches, qui constitue une partie de l’impressionnante collection de Jocelyn Paquet. Dans sa publication, on retrouve cinq autres photos extérieures et intérieures de « cette petite maison ancienne qui se trouvait sur la 10e Rue, juste derrière l’épicerie « L. P. Couture », [qui] allait bientôt disparaître pour faire place à un stationnement. »

La scène comparative dans la galerie en bas d’article remonte au 2 mai 2021.

Répondant à notre appel à tous dans le groupe Facebook Retour vers le passé (ville de Québec), Denis Racine précise : « La petite maison derrière L. P. Couture était celle de Gilles Couture, fils de Louis P., qui travaillait avec son père et son frère Claude. »

« Deux boucheries Couture à Limoilou »

De la même série, la scène ci-haut illustre cette fois une vue en direction ouest de l’intersection 10e Rue et 3e Avenue. Avec l’aide de l’Annuaire Marcotte de 1974, nous pouvons identifier sur la gauche la pharmacie Pelletier, dont le local est maintenant occupé par l’agence de publicité Bleu outremer. À la droite de L. P. Couture (où opère depuis 2015 Le Nektar) suivent dans l’ordre la tabagie Rhéaume et le fleuriste S. Lahaye (aujourd’hui, Les Artisans du Vitrail et le restaurant La Planque).

Revenant sur l’épicier-boucher, Denis Racine a tenu à préciser :

« Il y avait deux boucheries Couture à Limoilou : L. P. Couture, au 1001 3e Avenue, et Henri Couture, au 1201 4e Avenue dont les cretons sont encore vendus en épicerie. À ma connaissance, L. P. et Henri étaient cousins. L. P. demeurait au 1003 au-dessus de son commerce. »

En complément d’information, dans son article Ma vie, avant les cretons Couture, Dominique Champagne évoque justement l’histoire de l’entreprise Aliments Couture qui a vu le jour en 1937.

 « À l’époque, c’était un épicier-boucher et la livraison se faisait à cheval dans les ruelles. Les fameux cretons ont fait leur apparition en 1950 et les ventes ont été si nombreuses que la compagnie a cessé les autres activités pour se concentrer uniquement sur les cretons. Mais avant 1950, les Couture fournissaient en viande le Vieux-Limoilou. C’est même eux qui ont fondé le IGA tenu aujourd’hui par Pierre Jobidon. »

Vous aussi, avez des souvenirs à nous partager sur cette maison et les commerces qui avaient pignon sur rue à cette intersection de la 3e Avenue? N’hésitez pas à le faire sur notre page Facebook!

Voir la capsule précédente de la série : Limoilou dans les années 1970 : la tabagie Veilleux, coin 1re Avenue et rue Hamilton.