Nom d’une trottinette! Un baptême de participation publique réussi | 27 mai 2021 | Article par Suzie Genest

Des adeptes de la trottinette au skatepark du parc Victoria.

Crédit photo: Suzie Genest

Nom d’une trottinette! Un baptême de participation publique réussi

Le baptême de participation publique d’un élève de l’école primaire Saint-Fidèle, Édouard Carbonneau, a mené ce printemps à une modification de la réglementation municipale, pour autoriser les trottinettes à l’aire de planches à roulettes (skatepark) du parc Victoria.

Publicité

Édouard Carbonneau avait écrit à la Ville de Québec, en joignant une lettre signée par lui-même et d’autres élèves de son école. Adeptes de la trottinette, les jeunes étaient déçus de ne pouvoir pratiquer leur sport favori à l’aire de planches à roulettes du parc Victoria. Une intervenante qui effectue des tournées sur le terrain leur avait expliqué que c’était interdit par un règlement municipal.

Édouard Carbonneau et sa trottinette au skatepark
Crédit photo: Gracieuseté

Le 16 septembre 2020, n’ayant pas eu de réponse à son courriel, l’élève de 6e année de la classe de Marilie Jean s’est connecté, avec son père Étienne Carbonneau, à l’assemblée virtuelle du conseil de quartier du Vieux-Limoilou. Durant la période d’intervention des citoyens, il a fait valoir les atouts, notamment sécuritaires, du planchodrome du parc Victoria, et le fait que d’autres skateparks du territoire de la Ville acceptaient les trottinettes. Sa lettre, bien reçue, avait été acheminée au Service des loisirs de la Ville de Québec, lui a assuré la conseillère municipale du district de Limoilou Suzanne Verreault.

Questionnée sur l’évolution du dossier lors de l’assemblée de novembre, l’élue a mentionné que des intervenants municipaux avaient été étonnés de l’interdiction. Parallèlement, a dit Étienne Carbonneau à Monlimoilou lors d’une entrevue téléphonique le 25 mai, des employés municipaux ont communiqué avec Édouard. Ils lui ont confirmé l’interdiction.

Qu’est-ce qui justifiait cette interdiction? Selon Étienne Carbonneau, un peu sceptique quant à cette explication, un bruit courait parmi les adeptes du roulodrome que le béton n’y était pas adapté pour les trottinettes. Pour sa part, la conseillère municipale a mentionné des « raisons de sécurité » au conseil de quartier du Vieux-Limoilou en décembre 2020. Le comité exécutif de la Ville de Québec, après analyse, remettait en question l’interdiction; il recommanderait la modification de la réglementation, a-t-elle alors indiqué.

Édouard Carbonneau
Crédit photo: Gracieuseté

Une bonne nouvelle

Le 21 avril, lors de son point à l’assemblée générale annuelle du conseil de quartier, la conseillère municipale avait « une bonne nouvelle pour Édouard ». La Ville de Québec venait de décider de permettre la trottinette à l’aire de planches à roulettes du parc Victoria, comme aux autres roulodromes de la ville. Édouard n’était pas connecté à l’assemblée virtuelle; une lettre lui serait transmise, a dit la conseillère.

Entre-temps, quelques jours plus tard, Édouard est rentré chez lui tout heureux en annonçant : « On a le droit à la trottinette au skatepark Victoria!! » Par la suite, il a reçu la lettre, datée du 29 avril, où Suzanne Verreault lui écrivait :

« Je tiens à te souligner mon admiration pour ta démarche auprès des services de la Ville et ton initiative pour faire changer la règlementation. Ta lettre d’appui avec les signatures de tes ami(e)s était assez convaincante pour me persuader de t’appuyer dans ta quête. »

Quiconque les suit en témoignera : les démarches citoyennes mènent rarement à un changement de réglementation municipale en moins d’une année… Pour Édouard et ses ami.e.s, ce fructueux baptême de participation publique aura été l’occasion de « tester un peu le fonctionnement de la démocratie municipale », conclut son père. Une occasion de voir que, quand on a de bonnes raisons et qu’on décide de se mobiliser, ajoute-t-il, on peut arriver à faire progresser les choses pour sa collectivité.