Nouveau complexe hospitalier du CHU de Québec : avancement du chantier | 23 juin 2021 | Article par Jean Cazes

Vue à vol d'oiseau du chantier, en direction nord-ouest, le 22 juin 2021 à 8 h 09 (capture caméra Web)

Crédit photo: CHU de Québec

Nouveau complexe hospitalier du CHU de Québec : avancement du chantier

Au lendemain d'une visite sur le terrain, la rencontre d'information de mardi soir, sur Zoom, a permis d'en apprendre davantage sur la progression du chantier du mégahôpital, lancé en mai 2017. Les échéanciers seront respectés en dépit de la COVID-19.

Publicité

Tel que documenté par de nombreuses illustrations en ligne, le nouveau complexe hospitalier (NCH) du CHU de Québec aura plus du double de la superficie de l’Hôtel-Dieu de Québec au terme de sa construction, au coût de quelque 2 G$. En 2025, il comptera 700 lits.

Les photos dans la galerie en fin d'article illustrent l'évolution des travaux depuis notre passage précédent en octobre dernier, évoqué dans la Rétrospective 2020 des grands chantiers et projets immobiliers dans Limoilou. Une caméra Web permet de suivre en direct le chantier sous différents angles.

Soins critiques et place publique

Nouveau complexe hospitalier (NCH), perspectives. À noter entre autres, sur la gauche, le Centre intégré de cancérologie (CIC) et le Centre de recherche (CR), désormais bien visibles dans le paysage limoulois.
Crédit photo: CHU de Québec

Le NCH prend donc progressivement forme entre le boulevard Henri-Bourassa, la 24e Rue, l’avenue De Vitré et la 18e Rue. À tel point qu'il est désormais possible de visiter à pied une partie du campus concernée par la phase 1, à toute fin pratique complétée dans la portion nord du mégahôpital.

Animée par Jean-Thomas Grantham, adjoint au PDG du CHU, la séance d'information du 22 juin s'inscrivait dans le processus de consultation du Comité de voisinage. Les comptes-rendus des rencontres citoyennes, a-t-il rappelé, peuvent être consultés en ligne sur le site Web du NCH.

Appelé pour sa part à résumer l'évolution du chantier, Robert Topping s'est fait d'entrée de jeu rassurant : « La majorité des travaux dérangeants sont désormais chose du passée », a-t-il avancé. Le directeur général du bureau de projet du NCH a notamment souligné que le Centre de recherche (CR), dont on achève le revêtement, est sur le point d'être opérationnel, comme le sont déjà la Centrale d'énergie (CÉ) et le Centre intégré de cancérologie (CIC).

Déjà entamée, la seconde phase concerne principalement, d'une part, la future place publique d'une superficie équivalente à celle du jardin Jean-Paul L’Allier. Cette place, qui donnera sur le boulevard Henri-Bourassa, sera mise en valeur avec son aménagement paysager et ses œuvres d'art.

Mais la partie la plus visible du NCH sera l’immeuble des soins critiques, relié par des passerelles vitrées à l'hôpital actuel. Tout comme la vieille cheminée, les ailes D, L et F seront démolies à la fin de l'été en préparation de ces travaux. Le site de l'aile F accueillera la tour de 11 étages dont la construction s'étirera jusqu'à l'hiver 2023. Il faudra s'attendre, comme inconvénient « contrôlé » dans le voisinage, au « passage fréquent des bétonneuses sur l'avenue De Vitré », a signalé M. Topping.

Enfin, la dernière étape des travaux consistera à réaménager l'hôpital actuel afin qu'il accueille notamment des services actuellement dispensés par l'Hôtel-Dieu.

À lire aussi : Mégahôpital : phase 2 (rencontre de juillet 2018 avec les architectes).