Pour le tramway sur la 3e Avenue | 7 mai 2021 | Article par Monlimoilou

Crédit photo: Jean Cazes

Pour le tramway sur la 3e Avenue

Des citoyennes et citoyens qui habitent le quartier Limoilou ou y sont attachés se sont mobilisés pour exprimer leur appui au tracé qui amènerait le tramway à emprunter la 3e Avenue. Ils ont rédigé et signé la lettre ouverte qui suit.

Publicité

Le projet de tramway de Québec n’en est plus un : il s’agit désormais d’une réalité qui se déploiera sous nos yeux et qui permettra à Québec de disposer, enfin, d’un réseau de transport collectif du XXIe siècle. Si le changement de tracé forcé par les négociations avec la CAQ a pu prendre de court les commerçants et les citoyennes et citoyens, nous pouvons nous réjouir que le nouveau tracé traverse le cœur du quartier Vieux-Limoilou. Or, nous sommes aujourd’hui devant deux propositions de tracés qui, même s’ils présentent chacun certains avantages, n’ont pas valeur égale si l’on se donne la peine de réfléchir à l’impact de cette bonification de l’offre de transport en commun dans le quartier sur le long terme.

Selon nous, la 3e Avenue est le meilleur choix pour notre quartier.

Une des grandes forces du tramway réside dans l’opportunité qu’il offre de bonifier en profondeur les aménagements urbains là où il circule. Plusieurs villes dans le monde l’ont compris et ont créé des milieux de vie de plus grande qualité, au bénéfice de tous, autant commerçants que citoyens et citoyennes de tout âge et de toute condition. Cacher le tramway sur une rue résidentielle priverait le quartier en entier de ce potentiel extraordinaire. Voici pourquoi.

Tout d’abord, le tramway sur la 3e Avenue sera l’occasion de requalifier notre milieu de vie en révisant la place de la voiture et en bonifiant les transports actifs et collectifs. La Ville de Québec a récemment proposé une « nouvelle » rue de la Couronne pour Saint-Roch avec l’arrivée du tramway, une vision qui privilégie les transports collectifs et actifs, et qui a été accueillie avec enthousiasme par la population riveraine. Or, c’est exactement ce que nous souhaitons pour la 3e Avenue : une rue commerciale apaisée où l’automobile n’occupe pas plus de la moitié de l’espace public, de larges trottoirs et une sécurité accrue pour les cyclistes. Le tramway offre l’occasion de « rêver mieux » pour le quartier.

C’est d’ailleurs le contraire qui risque de se produire en choisissant la 4e Avenue pour y faire circuler le tramway : une partie du trafic automobile pourrait se déplacer vers la 3e Avenue, diminuant d’autant le confort des cyclistes et des piétonnes et piétons qui y circulent ou y déambulent.

Aussi, l’arrivée du tramway sur la 3e Avenue générera des bénéfices pour les commerces du quartier. Bien que certains aient évoqué des craintes à propos de l’achalandage, les exemples d’implantation de tramways un peu partout dans le monde démontrent que cela bénéficie aux commerces présents tout le long du tracé. C’est bien ce que nous voulons pour nos commerces de quartier et de destination qui sont sur le segment visé. Nous faisons par ailleurs confiance au bureau de projet du tramway de Québec qui saura trouver des solutions efficaces pour faciliter les livraisons dans les commerces. Il est finalement évident que la phase de construction risque d’être désagréable, mais la Ville prévoit déjà des compensations financières qui sauront aider à la préservation de la diversité commerciale locale présente sur notre rue commerciale.

Enfin, certaines personnes, et nous en sommes, ont souligné l’importance que revêt la Place Limouloise pour les résidentes et résidents du quartier. Il va sans dire que nous nous attendons à ce que le passage du tramway devienne une occasion de bonifier et consolider la vocation permanente de cet espace qui est en quelque sorte le cœur social et culturel du quartier.

Il existe de nombreux exemples de places publiques dans le monde qui sont bordées ou traversées par le passage d’un tram (Place de la Comédie à Bordeaux, Place Sainte-Croix à Orléans, Place Kléber à Strasbourg, etc.) et cela n’empêche en rien la tenue d’événements en tous genres (spectacles, marché public, etc.). Nous le répétons : cette Place est importante pour le quartier et elle doit le demeurer, en plus d’avoir un effet attractif encore plus important pour les personnes limouloises et celles provenant des quartiers avoisinants.

Plus concrètement, nous croyons que des solutions peuvent être trouvées pour garantir le maintien des événements qui ont eu lieu sur la 3e Avenue. Dans le pire des cas, et nous pensons à Limoilou en musique, il est possible que cet événement n’échappe pas à une relocalisation (potentiellement au même endroit que Limoilove entre les 10e et 12e Rue) ce qui, dans la balance des avantages et des inconvénients, est loin d’imposer le passage du tramway sur un autre axe que la 3e Avenue. Les autres événements ayant tous lieu au nord de la 6e Rue, ils pourraient tous avoir lieu sans problème. On pourrait aussi espérer, à terme, que ces événements profiteraient d’une fréquentation accrue en raison de la nouvelle desserte bonifiée de transport collectif à deux pas de leurs événements.

Nous, signataires de cette lettre, habitons Limoilou ou avons simplement un attachement particulier pour ce quartier, un des plus beaux et exemplaires en termes de développement durable. Ainsi, parce que nous souhaitons voir ce caractère unique se renforcer dans les décennies à venir et devenir source d’inspiration pour les autres quartiers de la ville, nous appelons à ce que le tracé du tramway privilégie l’axe de la 3e Avenue.

Le tramway de Québec doit être envisagé sur une perspective de très long terme. Il faut réfléchir à ce qu’on souhaite pour le quartier pour les 50 prochaines années, pas seulement pour les 3 prochaines. À ce titre, l’option de la 3e Avenue nous semble la plus judicieuse pour Limoilou et pour les générations futures.

Signataires :

Olivier Tremblay, résident

Christine Gauthier, résidente

Étienne Grandmont, résident et directeur général d’Accès transports viables

Sébastien Bouchard, résident

Iris Hermon, résidente

Félix Tremblay, résident

Marie-Pierre Simard, résidente

Dominique Gagnon, résidente

Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale

Julie Tousignant, résidente

Daniel Brisson, résident

Marilyne Mailhot, résidente

Vincent Gagné, résident

Catherine Blouin, résidente

Claire Murati, résidente

Guillaume Fafard, résident et architecte chez Quinzhee

Pascale Primeau, résidente

Ian Renaud-Lauzé, résident

Suzie Cloutier, résidente

Dominic Martin, résident

Ernst Caze, résident

Léa Méthé, résidente et directrice générale d’Écobâtiment

Alexandre Drouin, urbaniste

Vincent Dricot, résident

Mathieu Caron, résident

Gabrielle Bouthillier, résidente

Nadia Beaudoin, résidente

Sandrine Cabana-Degani, directrice de Piétons Québec

Philippe Coulombe, résident

Ella Sargent, résidente

Eve-Marie Thibault, résidente

Myriam Lambert, résidente

Stéphane Bergeron, résident

Amandine Rambert, urbaniste

Flora Charlet, résidente et coordonnatrice pour Rues Principales

Julien Harvey, résident

Audrey Lizotte, résidente

Jérôme Labrosse, résident

Johanne Devin, résidente

Jacynthe Drapeau, résidente

Rémi Proteau, résident

Emilie Simard, résidente

Étienne Daigneault-Clermont, résident

Laurence Brunelle-Côté, résidente

Sébastien Harvey, résident

Solène Tanguay, résidente

Julie Couture, résidente

Péroline Lescot, résidente

Daniel Hains-Côté, résident

Andréane Gaudreault, résidente

Valérie Gonthier-Gignac, résidente

Catherine Boisclair, résidente et urbaniste

Nathalie Brochu, résidente

Olivier Meyer

Frédéric Julien, résident

Véronique Fournier, résidente

Sacha Calixte, travaille dans le quartier

Julien-Pierre Lafrance, résident

Maxime Routhier, ancien président de conseil de quartier et conseiller en zones d’innovation

Richard Fecteau, résident

Julie Poisson, résidente et architecte

Pierre-Yves Chopin, résident

Philippe-Antoine Duplessis-Rioux, résident

Annick Gonthier, résidente

Audrey Dion, résidente

Christian Dubois, résident

Marie-Christine Guay

Jean-Pierre Roy Valdebenito, résident

Michaël Gosselin, résident et administrateur de conseil de quartier