Vous pourriez habiter dans une ancienne école patrimoniale | 30 juin 2021 | Article par Julie Rheaume

Une vue de la façade de l'immeuble il y a quelques années.

Crédit photo: Jean Cazes

Vous pourriez habiter dans une ancienne école patrimoniale

L'édifice qui a abrité l'école Saint-Charles-de-Hedleyville, du 19e siècle au tout début du 20e siècle, est à vendre. Le bâtiment à vocation résidentielle, un immeuble phare du quartier Limoilou surnommé la « maison jaune », compte trois logements.

Publicité

La bâtisse de briques jaunes est disponible par l'entremise du site Duproprio.com pour la somme de 549 000$. On y trouve un logement de 7½ pièces et deux trois et demi. La propriété possède énormément de cachet avec ses boiseries, ses plafonds et un superbe escalier.

D'après le rôle d'évaluation de la Ville de Québec, les propriétaires actuels semblent avoir acquis la maison il y a près de trente ans. La raison évoquée pour sa mise en vente sur Duproprio.com est un « autre projet de vie ».

Il y a quelques années, notre collègue Jean Cazes nous avait fait découvrir la cour arrière de cette superbe résidence dans un reportage publié sur Monlimoilou.

Un peu d'histoire

L'ancienne école a été classée par le ministère de la Culture et des Communications (MCC) en 1984. Selon la Ville de Québec, le bâtiment jouit d'une valeur patrimoniale « exceptionnelle ».

« L'école Saint-Charles-de-Hedleyville présente un intérêt patrimonial pour sa valeur historique. Ce bâtiment est un témoin du système scolaire québécois mis en place par l'État entre 1841 et 1869 et qui demeure presque inchangé jusqu'à la réforme des années 1960. (L'école) de l'ancien village d'Hedleyville, ouverte en 1863, a été d'abord sous la responsabilité de laïques, puis de la communauté religieuse des Servantes du Saint-Coeur de Marie de 1899 jusqu'à sa fermeture en 1903 », peut-on lire sur le site du ministère de la Culture.

« Par ailleurs, cette école témoigne de la présence de l'ancien village ouvrier de Hedleyville, fondé vers 1847 par l'homme d'affaires William Hedley Anderson à proximité de son entreprise, la Compagnie des marchands de bois Anderson et Paradis. Ce village, surtout habité par des travailleurs de l'industrie du bois, compte plus de 200 familles à la fin du XIXe siècle. En tant que maison d'enseignement, l'école joue un rôle important dans la vie de la localité. En 1892, une partie du village est incendiée. L'année suivante, il est englobé dans la nouvelle municipalité de Limoilou, aujourd'hui intégrée à la ville de Québec », poursuit le MCC

Valeur patrimoniale

Le bâtiment possède également plusieurs attributs dignes d'intérêt.

« L'école Saint-Charles-de-Hedleyville présente aussi un intérêt patrimonial pour sa valeur architecturale. Les écoles de village sont des constructions modestes qui ressemblent aux maisons qui les entourent. Elles s'en différencient toutefois par le clocheton sur le toit et par leur aménagement intérieur. L'édifice en brique, construit vers 1863, s'inspire de l'architecture néoclassique comme en témoignent la composition symétrique de la façade, le toit à deux versants aux larmiers prolongés ainsi que les deux cheminées latérales », indique le MCC.

« Sa fonction se reflète notamment dans son clocheton surmonté d'une croix, ses deux portes placées aux extrémités des façades avant et arrière ainsi que dans la répartition des espaces intérieurs. Le rez-de-chaussée est en effet divisé en deux pièces qui abritaient les classes, et les combles sont partagés en six petites pièces qui servaient de logement au personnel enseignant. L'école Saint-Charles-de-Hedleyville est un rare témoin des écoles de village construites au Québec au XIXe siècle », selon le ministère.

Tous les bâtiments patrimoniaux n’ont pas le même intérêt ni le même cadre règlementaire,  c’est pourquoi il est important de bien s’informer avant d’effectuer quelconques travaux, selon la Ville.