ZILE : un moratoire sur la vente des terrains demandé par le conseil de quartier du Vieux-Limoilou | 29 septembre 2021 | Article par Conseil de quartier du Vieux-Limoilou

Une vue de la future Zone d’innovation Littoral Est.

Crédit photo: Ville de Québec

ZILE : un moratoire sur la vente des terrains demandé par le conseil de quartier du Vieux-Limoilou

Lors de son assemblée de septembre 2021, le conseil de quartier du Vieux-Limoilou a adopté une résolution demandant à la Ville de Québec de mettre en place un moratoire sur toute vente de terrains relative à la Zone d’innovation Littoral Est. Il demande le maintien de ce moratoire tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas été possible de mettre en place des mécanismes de participation publique liés directement à l'élaboration du projet.

Publicité

C’est un calendrier clair et précis de consultation et de participation citoyenne spécifique à la Zone d’innovation Littoral Est (ZILE) qui est demandé à l’administration municipale et à ses partenaires. Le conseil de quartier estime qu’il importe, face à un tel projet, de soutenir et d’assurer l’engagement actif des citoyens, afin que les développements se fassent de concert avec eux, en respect de leurs besoins et attentes.

Actuellement, ce calendrier clair de participation publique sur la ZILE n’a pas été mis en place. Certes, en conférence de presse, il a été dit que des éléments restaient à confirmer quant à la reconnaissance de la ZILE par le Gouvernement du Québec. Il n’en reste pas moins que des actions concrètes ont été réalisées quant au projet au fil des derniers mois : embauche d’un gestionnaire, préparatifs entourant la vente d’une partie des terrains ciblés pour sa mise en chantier, planification de projets.

Un moratoire sur la vente des terrains donnerait le temps nécessaire à l’élaboration d’une démarche de participation publique. Celle-ci permettrait de s’assurer que les citoyens des quartiers voisins de la zone ciblée puisse participer de façon active à l'élaboration. Après tout, ces développements auront des effets transformateurs importants sur plusieurs quartiers de Limoilou.

Des consultations spécifiques à la ZILE nécessaires

L’enjeu actuel est, ainsi, l’absence de démarche de consultation spécifique à la ZILE, ou d’un calendrier clair qui assurera une place pertinente aux citoyens dans son élaboration.

À l’automne 2020, l’administration municipale a tenu deux séances d’informations. L’une, à huis clos, était offerte à l’attention des administrateurs et administratrices du conseil de quartier de Maizerets. L’autre était publique. Hors de ces séances, le sujet de la ZILE est apparu dans deux consultations en 2020 et 2021. L’une portait sur la vocation d’un ancien dépôt à neige; l’autre, sur les « Quartiers de la Canardière ». La première ne concernait qu’un secteur ciblé par la ZILE, plutôt que la ZILE dans son ensemble. La seconde, toujours en cours, intègre la ZILE dans un ensemble plus large de projets transformateurs pour le secteur, aux côtés du Tramway de Québec ou encore du méga-hôpital L’Enfant-Jésus.

Considérant les effets forts et durables qu’aura la ZILE sur l’avenir et l’évolution des quartiers qui l’entourent, il importe au conseil de quartier que la participation des citoyens à son développement soit bonifiée et éclaircie. Il importe de permettre à ceux-ci de se prononcer de façon claire sur sa mise en œuvre. Une initiative de l’ampleur de la ZILE ne peut faire fi de son acceptabilité sociale. Elle ne peut ignorer les impacts tant favorables que défavorables qu’elle peut causer en lien avec des préoccupations rattachés à l’embourgeoisement, ou encore à l’environnement.

Une gouvernance citoyenne bonifiée

Au-delà de l’étape de création et de développement, le conseil de quartier estime également que les citoyens devraient être davantage mis à profit dans la gouvernance de la ZILE. Il importe, de ce fait, que soit revue sa gouvernance, afin d’assurer aux représentants citoyens une place importante, plutôt que leur participation se limite à un siège sur une douzaine, comme cela est actuellement prévu, selon les documents rattachés au projet.