Un Centre éducatif en agriculture urbaine à ExpoCité | 30 juin 2022 | Article par Jean Cazes

Le kiosque d’accueil et ses cultures hydroponiques du Centre éducatif en agriculture urbaine.  29 juin 2022.

Crédit photo: Jean Cazes

Un Centre éducatif en agriculture urbaine à ExpoCité

Les Urbainculteurs invitent le public à découvrir quatre premières stations de familiarisation en agriculture urbaine au Grand Marché de Québec et sur le site d'ExpoCité.

Officiellement en fonction depuis mercredi midi au Grand Marché et sur son site, le Centre éducatif en agriculture urbaine (CÉAU) répond parfaitement à la mission des Urbainculteurs. Depuis leur création en 2009, ils se consacrent au développement et à la promotion d’une agriculture urbaine productive, accessible et responsable au bénéfice des individus et des organisations.

C'est la Ville de Québec qui a confié la gestion du CÉAU à l'organisme. En échange, les Urbainculteurs s'engagent à bonifier le projet à une hauteur minimum de 20 % en revenus autonomes.

Outil d'acquisition de connaissances en agriculture urbaine

Présentation générale du CÉAU à l'Espace familles du Grand Marché.
Crédit photo: Jean Cazes
Johann Girault
Crédit photo: Jean Cazes

« C’est un grand jour pour l’agriculture urbaine à Québec, avec cette inauguration. On est heureux de vous présenter cette première mouture », a exprimé le directeur général des Urbainculteurs, Johann Girault, à la trentaine de personnes invitées à l'événement.

« L’agriculture urbaine connaît une croissance extraordinaire au Québec », a-t-il ajouté avec enthousiasme.

Le directeur général a souligné du coup à quel point son organisme croyait à l'importance de l’éducation dans la pratique de cette forme d’économie et d'autogestion citoyenne.

Publicité

« Nous prévoyons de nombreuses activités interactives avec les jeunes et moins jeunes afin de transmettre le mieux possible notre passion aux citoyens, les rendre ainsi plus autonomes dans leur production de nourriture et plus conscients aussi des enjeux relatifs à l’agriculture urbaine et de proximité », a aussi indiqué Johann Girault par voie de communiqué.

Arielle Girard-Bouchard

Comme l'a précisé ensuite Arielle Girard-Bouchard, chargée de projet du CÉAU, « le Centre éducatif en agriculture urbaine est un moyen de conscientiser les gens aux techniques de production alimentaire tout en favorisant l'agriculture en ville pour l’autonomie alimentaire ». Il encourage aussi, en cela, les producteurs locaux.

Dans cette optique, Les Urbainculteurs souhaitent donc, par le CÉAU et ses stations de sensibilisation, « donner le pouvoir d’agir aux citoyens pour qu’ils acquièrent de nouvelles connaissances en agriculture urbaine ».

Des ateliers ludiques et interactifs

La station de culture en bacs... Les stations du CÉAU se veulent, d’une part, un support éducatif pour les citoyens, allant du plus novice au plus aguerri en agriculture urbaine. D’autre part, elles forment aussi un outil de familiarisation des différentes pratiques en agriculture urbaine.
Le poulailler.
Crédit photo: Jean Cazes

Présentement, quatre stations sont en fonction. Dans le Grand Marché, au kiosque d’accueil avec ses cultures hydroponiques, on retrouve deux animateurs horticoles. Cette station mène à la découverte des suivantes, à l'extérieur. Il s'agit dans l'ordre des stations de culture en bacs, du poulailler, de la ruche et du potager plein sol.

À l'été 2023, c’est plus d’une dizaine de stations d’information qui seront en fonction sur le site d’ExpoCité.

La ruche.

En plus de ses stations, le CÉAU offre notamment une trousse pédagogique aux écoles primaires et secondaires. Le but visé? Captiver les jeunes et les amener à s’intéresser davantage au monde agricole.

Partenaires financiers

Le potager plein sol.
Crédit photo: Jean Cazes

Le coût total du Centre éducatif en agriculture urbaine est évalué à quelque 200 000 $. Son financement est assuré par la Ville de Québec, dont une somme de 100 000 $ provient du volet Vision du développement des activités agricoles et agroalimentaires dans l'agglomération de Québec 2021‑2025.

Une subvention de 50 000 $ provient du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans le cadre du programme Territoires : priorités bioalimentaires. Enfin, une contribution en biens et services d’une valeur de 20 000 $ est offerte par différents collaborateurs.

Lire aussi :

Appel d'intérêt pour la mise sur pied d’un centre éducatif en agriculture urbaine

Pour plus de détails sur la programmation à venir du CÉAU ou sur ses développements du projet, rendez-vous sur le site Web des Urbainculteurs.