Des murales emblématiques vont colorer Maizerets

Le conseil de quartier de Maizerets et plusieurs partenaires font équipe avec EXMURO arts publics dans un projet de murales. Avec l’artiste pressentie, citoyen.ne.s et organismes participeront à un processus de création autour du thème des emblèmes de Maizerets. Un parcours de murales verra ainsi le jour cet été.

Des murales emblématiques vont colorer Maizerets | 8 février 2022 | Article par Suzie Genest

Un exemple de murale au pochoir à partir de photos, présenté à titre indicatif par EXMURO arts publics au conseil de quartier de Maizerets le 8 février 2022.

Crédit photo: EXMURO arts publics

Le conseil de quartier de Maizerets et plusieurs partenaires font équipe avec EXMURO arts publics dans un projet de murales. Avec l’artiste pressentie, citoyen.ne.s et organismes participeront à un processus de création autour du thème des emblèmes de Maizerets. Un parcours de murales verra ainsi le jour cet été.

Une présentation par EXMURO arts publics était à l’ordre du jour de l’assemblée de février du conseil de quartier, le 8 février. Elle devait initialement avoir lieu à la fin 2021; les circonstances sanitaires ont ralenti l’échéancier. Le directeur général et artistique d’EXMURO, Vincent Roy, et la médiatrice culturelle Laurence Duchesne ont expliqué leur plan de match.

Citoyen.ne.s #demaizerets

Le sentiment d’appartenance et de fierté, l’identité du quartier, l’initiation des citoyen.ne.s à l’art public sont au cœur des objectifs du projet. Il débouchera sur l’identification d’emblèmes du quartier, à travers les échanges avec les citoyen.ne.s. Des résident.e.s de tous âges participeront à cette démarche collective de réflexion. Ce sera aussi l’occasion de mieux connaître une artiste locale. MC Groulx, issue de Limoilou, est pressentie pour ce projet.

L’histoire du quartier occupera une place importante dans ce processus. La Société historique de Limoilou, partenaire du projet, prendra part aux rencontres avec les groupes et citoyen.ne.s. Pour mettre la table, l’équipe de EXMURO arts publics s’est penchée sur l’origine du nom du quartier. Il s’agit du patronyme de Louis Ango Maizerets (1636-1721), prêtre, vicaire général et chanoine de Québec originaire de Normandie, a rappelé Mme Duchesne.

Ce patronyme sera mis de l’avant pour désigner les participant.e.s au projet, a illustré Vincent Roy : Daniel de Maizerets, Stéphanie de Maizerets… L’étiquette #demaizerets circulera sans doute sur les réseaux sociaux au cours du projet.

Dans un premier temps, on prévoit des rencontres avec différents groupes, en ligne et en personne si la situation sanitaire le permet. Toutes et tous seront invité.e.s à partager des souvenirs associés au quartier, à parler de ses lieux phares et de son identité. Il y aura également des séances de photos avec les participant.e.s. Cette première phase doit démarrer incessamment, pour s’étendre jusqu’à avril.

Lors de la seconde phase, l’artiste puisera dans le fruit des échanges et dans les portraits. Elle créera ainsi les concepts qu’elle réalisera au pochoir et à l’aérosol. C’est aussi à partir des échanges qu’on fera la sélection des lieux où les oeuvres se déploieront. On compte aussi placer sur le parcours des codes QR qui donneront accès à des extraits sonores d’entrevues.

Une fois le parcours dévoilé, on pourrait assister à d’autres activités en lien avec le projet durant l’été. Vincent Roy évoque des produits dérivés, des t-shirts aux emblèmes de Maizerets… Il pourrait y avoir par exemple un atelier de sérigraphie pendant la fête de quartier, Maizerêve, a-t-il illustré.

Des partenaires

Le Centre Mgr Marcoux, l’Évasion St-Pie-X, l’école primaire Jeunes du Monde font partie des partenaires du projet. La Bouquinerie Nouvelle Chance sera également de la partie. On a d’ailleurs vu cette dernière partager, le 26 janvier, une publication sur Facebook à ce sujet.

Publicité

Chaque partenaire permettra d’impliquer différents groupes de citoyen.ne.s. La volonté est de rejoindre le plus grand nombre et la plus grande diversité de personnes.

Le budget de l’ensemble du projet oscille autour de 60 000 $. Il est en partie financé par les fonds résiduels du plan directeur de quartier du conseil de quartier de Maizerets. Le projet s’est dessiné en fonction des priorités et orientations de ce plan directeur en matière d’aménagement et de sentiment d’appartenance, a souligné Eve Duhaime, une des administratrices du conseil de quartier.

Selon Marcel Paré, un autre administrateur, il y a une quinzaine d’années qu’un projet de ce type est évoqué au conseil de quartier de Maizerets.

Un appel et un sondage circuleront prochainement. Toutes et tous seront invité.e.s à le partager à leur réseau du quartier. Toute personne intéressée à prendre part au projet pourra contacter le conseil de quartier de Maizerets. On peut le rejoindre par courriel ou, mieux encore, par messagerie via sa page Facebook.

À lire aussi :

Mc Grou : portrait d’une muraliste

Des travailleurs à l’honneur sur une murale au Centre Durocher

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir