L'heure est au bilan pour Claude Villeneuve et Jackie Smith | 15 novembre 2022 | Article par Thomas Verret

Claude Villeneuve (Maizerets-Lairet) et Jackie Smith (Limoilou) dressent un bilan positif de leur première année en politique municipale.

Crédit photo: Photomontage, photos Thomas Verret

L'heure est au bilan pour Claude Villeneuve et Jackie Smith

Les élus municipaux de nos quartiers ont complété la première année de leur mandat. Dans Maizerets-Lairet et Limoilou, voici comment Claude Villeneuve et Jackie Smith ont vécu les 12 derniers mois.

Élus lors de l'élection municipale de novembre 2021, Claude Villeneuve et Jackie Smith en sont à leur premier mandat en politique municipale.

Claude Villeneuve, le « patrouilleur » de Maizerets-Lairet

Le conseiller de Maizerets-Lairet apprécie le travail de proximité auprès de ses concitoyens. D'emblée, il évoque les avantages d'habiter dans son district électoral.

« Chaque jour, je traverse mon district de bout en bout pour aller reconduire ma fille à la garderie. C'est pratique. Quand je reçois un courriel de quelqu'un qui me dit ''Ouin c'est pas vargeux le déneigement dans telle rue'', je fais le détour. Je vais voir. Je patrouille mon district », raconte M. Villeneuve, amusé.

Toutes les demandes citoyennes méritent une réponse, ajoute-il.

« Les gens nous parlent de plein de sujets qui ne sont pas nécessairement dans les responsabilités de la Municipalité. Mais c'est aussi notre job de les référer. On fait de l'aiguillage un petit peu, explique Claude Villeneuve. Je ne dis jamais aux gens que je ne peux pas leur répondre, parce que ce n'est pas dans ma cour. Sans faire le travail à leur place, j'essaie de les référer au bon endroit. »

Publicité
Claude Villeneuve besogne entre l'hôtel de ville et son district de Maizerets-Lairet. Ce travail lui plaît. Il aime son quotidien.
Crédit photo: Thomas Verret

Jackie Smith, la porte-voix des gens de Limoilou

De son côté, la conseillère de Limoilou ne peut pas s'imaginer faire un meilleur travail dans la vie.

« Je n'ai pas deux journées qui sont pareilles. Je siège sur beaucoup de comités. Souvent, j'ai plusieurs réunions dans la journée. Je dois maîtriser une panoplie de sujets. »

D'ailleurs, elle se voit comme la porteuse de voix des Limoulois.

« Je me sens vraiment alignée avec la vision des gens. C'est le fun d'amener ces enjeux au conseil avec le sentiment que je suis backée, parce que je suis seule à hôtel de ville, lance Mme Smith en riant. Des fois, quand je parle, je sais que ma communauté est derrière moi. »

Jackie Smith est en symbiose avec les Limoulois. Elle est fière de porter leur voix au conseil de ville.
Crédit photo: Thomas Verret

La qualité de l'air, l'enjeu numéro 1 des Limoulois

Jusqu'à maintenant, un dossier a spécialement marqué Jackie Smith.

« L'enjeu numéro 1 des gens de Limoilou, c'est la qualité de l'air et l'environnement, indique-t-elle. C'est un dossier que je maîtrise vraiment bien. Mais, ça prend beaucoup de vulgarisation. Je ne suis pas scientifique! »

Claude Villeneuve, lui, profite de sa visibilité comme chef de l'Opposition officielle pour mettre de l'avant des enjeux locaux.

« Des dossiers comme la qualité de l'air, c'est intéressant de pouvoir les amener au niveau médiatique et que l'attention soit là-dessus. J'en ai profité. »

Ceci dit, la qualité de l'air est «l'une des choses dont il se fait le plus parler », précise le chef de Québec d'abord.

« C'est une préoccupation majeure pour les gens d'ici.»

À ses yeux, les décideurs sont plus conscientisés qu'avant à cet enjeu.

« Je sens le maire (Bruno Marchand) plus sensibilisé sur la question qu'au début. C'est une bonne chose. On est en train de se documenter. Je pense que ça chemine dans la bonne direction, affirme-t-il. Pendant ce temps, on parle, on sensibilise et il n'y a absolument rien qui a changé. Toutes les sources de contaminants sont encore là. On est beaucoup encore à l'étape de se documenter. »

Son homologue est plus critique à l'égard de la gestion municipale. Mme Smith estime que l'administration Marchand fait fausse route dans ce dossier. On ne peut pas faire confiance aux industries qui « polluent sans impunité depuis tant d'années », tranche la cheffe de Transition Québec.

« Je ne sais pas comment il est possible de collaborer avec les personnes qui polluent la vie des citoyens. Si tu collabores avec eux, tu adhères à ce qu'ils font. »

Logement social et mobilité durable

S'ils ne s'accordent pas sur ce point, Claude Villeneuve et Jackie Smith s'entendent sur les enjeux prioritaires dans Limoilou : le logement social et la mobilité durable.

« Il y a d'immenses inquiétudes sur la gentrification et les développements immobiliers qu'on voit un peu partout. Des immenses condos de luxe vides. Et pas de logement social. C'est au cœur des préoccupations citoyennes actuellement », souligne Mme Smith.

Enfin, plusieurs chantiers majeurs pointent leur bout du nez. Cette période de grands changements est particulièrement vraie dans le cas du district de Maizerets-Lairet.

« Je suis vraiment content que les consultations pour la Vision de la Canardière se mettent enfin en branle, exprime M. Villeneuve. Il y a eu beaucoup d'interventions malheureuses par le passé. Il est magané, le district. Il y a une empreinte industrielle à gérer. »

Bref, un paquet d'interventions s'en viennent, que ce soit le chantier du CHU, l'arrivée du tramway ou des projets potentiels comme ceux d'InnoVitam et la transformation de Dufferin-Montmorency en boulevard urbain, énumère-t-il.

« Tout ce que je viens de nommer, ce sont des sources de tension qui peuvent être autant des affaires qui vont rendre la vie moins intéressante dans le quartier ou des opportunités à réparer les erreurs du passé. C'est comme ça que je le vois. »

À lire aussi :

Sol Zanetti: de nouvelles responsabilités et des luttes à finir