InnoVitam : un débat public réclamé par les citoyens | 16 novembre 2022 | Article par Thomas Verret

Le Conseil de quartier de Maizerets interpelle encore la Ville dans le dossier d'InnoVitam. L'organisme demande la tenue d'un débat public sur la vocation des 15 terrains visés par le projet

Crédit photo: Archives (Jean Cazes)

InnoVitam : un débat public réclamé par les citoyens

Le Conseil de quartier de Maizerets réclame un débat public sur la vocation des 15 terrains visés par le projet d'InnoVitam. Les activités publiques prévues pour la Vision de la Canardière constituent le moment tout indiqué pour mener un exercice consultatif, soutient l'organisme.

Le Conseil de quartier de Maizerets réitère donc cette demande dans une résolution adoptée, le 15 novembre, au Centre Monseigneur-Marcoux.

« Il faut que ça fasse partie de la consultation de la Ville de Québec », plaide la présidente Marie-Hélène Deshaies. On demande un état de la situation des 15 terrains au niveau environnemental et sur l'avancement des projets. On ne peut pas concevoir que des projets sont mis de l'avant sans consulter la population. »

Un communiqué de la Ville qui fait sursauter

Dans son communiqué de presse du 9 novembre, la Ville présente InnoVitam comme « un fait établi » dans les objectifs mêmes de la consultation, dénonce aussi l'organisme dans sa résolution.

« On a participé de bonne foi à la table des acteurs en amenant nos idées, met en contexte Mme Deshaies. Mais on n’a jamais considéré qu'il y avait eu une décision à l'effet de réaliser le projet d'InnoVitam dans le quartier. Sinon, on n’aurait pas participé à une consultation. Si les décisions sont déjà prises, ça ne marche pas. »

Le Conseil de quartier de Maizerets avaient déjà formulé ces demandes par le passé, rappelle Marie-Hélène Deshaies.

Publicité

« On les ramène sur la table, affirme la présidente de l'organisme. La Ville de Québec doit s'engager dans un dialogue. Selon ce qu'on voit, il n'y a pas de discussion sur la vocation des 15 terrains. Qu'est-ce que le quartier a vraiment de besoin? C'est la première question qu'on doit se poser. »

Ceci dit, un dialogue s'opère quant à l'avenir du garage municipal (photo principale), spécifie Mme Deshaies.

« On ne le présente plus d'emblée comme étant un incubateur d'entreprises. Encore là, on espère que la Ville n'arrivera pas avec un projet tout fait non plus, dit-elle. On veut vraiment avoir une discussion ouverte sur ce à quoi devrait servir le garage municipal, dans le contexte où les acquis vont être transférés. »

La Zone InnoVitam de Québec, un organisme « opaque »

Enfin, le Conseil de quartier de Maizerets demande la suspension des activités de l'OSBL InnoVitam pendant la durée des consultations de la Canardière. Fondée en novembre 2021, la Zone InnoVitam de Québec est inscrite au Registraire des entreprises du Québec. À l'heure actuelle, c'est la seule façon de s'informer sur ses activités, dénonce Marie-Hélène Deshaies.

« Depuis un an, l'organisme InnoVitam fonctionne de manière opaque. »

L'an passé, la Ville a versé un montant de 400 000 $ pour l'embauche d'un chef de projet. Elle a alloué cette somme en vertu d'une convention conclue avec le Ministère de l'Économie et de l'Innovation. En d'autres mots, la Zone InnoVitam de Québec est à l'œuvre présentement.

« Des rencontres se sont déroulées avec les gens du communautaire. Il y a eu du travail de fait aussi auprès des entreprises. Par contre, l'organisme ne tient pas de reddition de comptes publiques. Que ce travail-là se fasse en même temps qu'on consulte les citoyens, ça ne fait pas de sens », peste Marie-Hélène Deshaies.

En date d'aujourd'hui, la Zone InnoVitam de Québec a participé à une seule activité publique. L'été dernier, quelque 80 personnes ont assisté à un événement sous le thème Imaginer InnoVitam en 2030. À cette occasion, le député provincial de Montmorency, Jean-François Simard, a prononcé une allocution qu'il a partagée sur sa page Facebook. À ce jour, c'est la seule preuve d'une quelconque forme de rencontre participative.

« Sinon, on n’a rien. C'est aberrant à mon avis. Ce n'est pas un petit projet. InnoVitam représente des millions de dollars. Ce n'est pas normal que personne ne questionne ça », estime la présidente du Conseil de quartier de Maizerets.

Par ailleurs, sur le registre public québécois des entreprises, l'organisme InnoVitam fait état de la récente nomination d'Andy Sheldon comme président et trésorier non-élu. La nomination de l'ex-chef de la direction de Medicago soulève également des interrogations. Les autres membres du conseil d'administration proviennent de Québec International, une agence de développement économique qui œuvre dans la région.

Le Conseil de quartier de Maizerets ne lâchera pas le morceau

Bref, l'organisme continuera de creuser le dossier. Ses administrateurs se questionnent sur le rôle des deux entreprises dans le projet. Ceux-ci demandent à la Zone InnoVitam de Québec de faire preuve de plus de transparence dans ses actions.

Enfin, le Conseil de quartier de Maizerets implore l'administration Marchand d'impliquer davantage les citoyens dans la réflexion au sujet de l'avenir du secteur. L'organisme considère que la Ville doit contribuer à développer des projets qui répondent aux besoins de la population locale. Ainsi, le quartier évoluera de manière à ce qu'il demeure à l'image des gens qui l'habitent.

À lire aussi:

Vers une vision d'aménagement des quartiers de la Canardière

En savoir plus sur...