<em>Limoilou Hood</em>: balado d’un gars de St-Pie X | 7 avril 2022 | Article par Véronique Demers

Limoilou Hood: balado d’un gars de St-Pie X

Déboulonner certains mythes à l’égard d’un « quartier marginal, regardé de haut par les gens de la haute-ville de Québec » : tel est le défi que se sont donné Catherine-Eve Gadoury et Justice Rutikara, dans le balado Limoilou Hood.

Limoilou Hood comporte cinq épisodes, abordant chacun une facette du quartier. Il y a un Limoilou international, un hip hop, un gentrifié, un industriel et un communautaire.

Une douzaine d’invités alimentent le balado réalisé par Catherine-Eve Gadoury et animé par Justice Rutikara. Ce dernier y rencontre des amis d’enfance, un architecte, des musiciens et des artistes. Fait intéressant : les poétesses Vanessa Bell et Érika Zarya, également rappeuse, ajoutent leur grain de sel dans quelques épisodes sur les sujets abordés, sous forme de correspondance orale.

Ayant grandi dans le quartier St-Pie X, où convergent plusieurs nationalités, Justice Rutikara évoque évidemment la dimension internationale de Limoilou. Maizerets est en effet un pôle d’immigration important à Québec. Justice Rutikara est arrivé du Kenya pour s’installer en 1997 avec sa famille dans Limoilou. Il a quitté le quartier pendant quatre ans pour vivre à Montréal et développer son métier de cinéaste.

De retour à Québec, les yeux de Justice se sont écarquillés en voyant les nombreux projets immobiliers surgir de terre à Limoilou. La gentrification s’imposait comme sujet. Les commerces changent et se raffinent pour correspondent davantage aux besoins des nouveaux ménages. « Certaines bannières restent quand même, comme le Valentine. Si ça disparaît, il y aura lieu de s’inquiéter (de l’effet de la gentrification) », exprime Érick Rivard, architecte et designer urbain.

Hop là, le hip hop!

L’incontournable enjeu de la qualité de l’air – ainsi que celui de la norme provinciale sur le nickel – se retrouve dans l'épisode « Limoilou industriel ». Il est aussi question des ressources manquent parfois, dans le « Limoilou communautaire ».

Publicité

Le « Limoilou de hip et de hop » rayonne dans le balado. Le rap et la poésie reflètent en quelque sorte l’identité du quartier. Et cette identité semble se transmettre d’une génération à l’autre, si on prête l’oreille à la rencontre qui a lieu entre Webster et Erika!

Justice Rutikara effectue un tour d’horizon des enjeux principaux de Limoilou, sous forme de conversations avec ses intervenants. Limoilou Hood permettra à l’auditoire moins familier avec le quartier de mieux le connaître. La production a bénéficié d'une consultante au contenu, en la personne d'Erika Soucy.

Le balado Limoilou Hood est accessible dans la section Ohdio de Radio-Canada. Un lancement officiel aura lieu le jeudi 14 avril, au Bal du Lézard. 

Lire aussi :

Des balados par les jeunes de l'Évasion St-Pie-X