<em>Limoilou dans la rue</em> : la jolie histoire d'un piano rassembleur | 15 octobre 2022 | Article par Jean Cazes

Valérie Beaudry inaugurant « Limoilou dans la rue » le 11 juin 2014.

Crédit photo: Jean Cazes

Limoilou dans la rue : la jolie histoire d'un piano rassembleur

Après une « pause pandémie », le piano public du Vieux-Limoilou et ses musiciens ont fait un retour cet été, à la place Limouloise. Depuis le 7 octobre, l'instrument est en hibernation au Cégep Limoilou. Rétrospective d'un projet rassembleur qui doit sa réussite à des artistes passionnés et à des bénévoles engagés.

Les élèves du cégep pourront profiter jusqu'en juin 2023 du piano, qui se trouvait précédemment à l'église Saint-Charles.

On doit beaucoup à la pianiste et professeure Valérie Beaudry pour le retour de l'instrument à la place Limouloise en 2022. Celle qui était présente dès les premières heures de Limoilou dans la rue en 2014 confie :

« J’aurais tendance à dire que le piano n’a apporté que du positif dans la vie de ceux et celles qui jouaient et qui passaient. Chaque fois que j’ai joué ou que j’ai vu et entendu des gens jouer, les passants avaient le sourire ou s’arrêtaient pour écouter et apprécier. Pour certains, ce fut une découverte. Pour d’autres, un lieu de rendez-vous quotidien. Cette saison, le retour de l'instrument pour les Limoulois.es fut un succès sur toute la ligne. Merci à tous ceux et celles qui ont participé de près ou de loin à ce projet. Nous nous reverrons l’an prochain! »

Valérie Beaudry continuera de faire un suivi régulier de l'activité dans sa page Facebook.

Le Piano jazz avec Clément Robichaud, au piano, et André Larue, au saxophone. 28 août 2022.
Crédit photo: Jean Cazes

Une idée qui a cheminé depuis neuf ans

L'histoire de notre premier piano libre débute en 2013. De retour d'un voyage en Allemagne, collaborateur de Monlimoilou à l'époque, Philippe Bourque, y confessait son coup de foudre pour les pianos publics de Munich.

Publicité

« La première [découverte], elle me tient particulièrement à cœur, puisque je suis pianiste. Le concept est simple : il s’agit de pianos droits, installés dans un endroit public pendant quelques semaines de l’été et décorés par des artistes locaux. L’idée n’est pas nouvelle, puisqu’elle date de 2008 et a démarré grâce à l’artiste Luke Jerram en Angleterre. Depuis, on évalue à 5 millions le nombre de personnes qui ont été rejointes par le mouvement qu’a créé Luke Jerram, le StreetPianos, aussi connu sous le nom de “Play me, I’m Yours”. Selon ma revue de presse, les pianos sont fournis par des particuliers ».

Et de renchérir le polyvalent artiste : « Le concept étant exportable, je suis certain que Limoilou aurait tout avantage à être le premier quartier au Québec à s’annexer à ce concept. »

Un piano de rue allemand. 2013.
Crédit photo: Philippe Bourque

L'idée de Philippe séduit Arnaud Bertrand, le fondateur de Monlimoilou, alors un blogue et un portail de quartier. On confie à l'artiste la mission de dénicher le fameux piano. Précieux don d'un couple du quartier, celui-ci sera « ressuscité » en jaune.

Le 4 juin 2014, on dévoile le concept du premier « stationnement pour piétons » de Québec.

Une foule nombreuse sur la 3e Avenue en ce 11 juin 2014.
Crédit photo: Jean Cazes

Le 11 juin, c'est jour d'inauguration du « stationnement pour piétons » et de lancement du Piano dans la rue. Une météo parfaite salue l'événement tenu en présence du maire Régis Labeaume, entre autres. Parmi les initiateurs et initiatrices du Piano dans la rue, Valérie Beaudry se joint aux autres artistes à l'affiche, succédant à Tire le Coyote pour clore la soirée.

Le projet a pu se concrétiser grâce à l'implication de la Ville de Québec, de la SDC 3e Avenue, de la Caisse Desjardins de Limoilou, de Craque Bitume, de Eco Horticole et de Rénovation Sequoia en association avec Groupe A / Annexe U. Cette firme o```ù oeuvre l'architecte et designer urbain limoulois Érick Rivard a dessiné l'« espace de détente de facture résolument contemporaine, mettant à l’avant-plan une autre facette du quartier : le design ». La placette a occupé tout l'été deux places de stationnement face au 721 3e Avenue.

Cinq années de bonheur pour les mélomanes

Victime d'un violent orage malgré la toile qui le recouvrait, le premier piano a dû prendre sa retraite au début du mois d'août 2014. Il a été remplacé quelques jours plus tard par un piano de marque Willis. L'artiste graffiteur Louis-David Létourneau-Gagnon l'a peint à partir de thèmes soumis par les citoyens.

Dès lors, on a fermé le piano 2.0 lorsque la météo annonçait de la pluie. En très bon état, l'instrument a trouvé refuge pour l'hiver à la Boutique de Skate après le démantèlement du  stationnement pour piétons.

L'année suivante, Limoilou dans la rues a retrouvé sa place avec son populaire piano public. Un autre lancement souligné en grand le 4 juin 2015! Constat d'Arnaud Bertrand :

« L’intérêt du public envers Limoilou dans la rue avait, de loin, dépassé nos attentes à la fin de l’été 2014. Il allait de soi que le projet devait revenir! »

En préparation du deuxième lancement, pendant que l'on décore le « stationnement pour piétons ». 4 juin 2015.

En 2016, pour une troisième année, le « stationnement pour piétons » était de retour de la mi-juin à la fin de septembre, cette fois devant La Réserve. Récompensée par un prix de l'Institut d'architecture du Canada, cette placette a alors été reconnue comme un incontournable élément phare du quartier. L'initiative du piano public allait faire des petits dans Limoilou, avec l'installation d'un second du côté de Maizerets, où s'est produit Webster.

L'année 2017 a marqué malheureusement la fin de la placette de la 3e Avenue. Le stationnement pour piétons a connu une seconde vie à Montréal. Sa vente a été notamment justifiée par sa « nuisance » pour la piste cyclable.

Heureusement, le piano public a pu revivre dans l'Espace Parvis pour sa deuxième édition. Quant à celui de Maizerets, il a été relocalisé dans la nouvelle place éphémère. Damien Robitaille et d'autres artistes, dont Philippe Bourque et son groupe Aurore, ont enflammé les lieux à son inauguration.

L'inauguration de la place Maizerets, avec Fabien Robitaille. 29 juin 2017.
Crédit photo: Jean Cazes

De 2014 à 2019, les pianos de la 3e Avenue et de Maizerets nous ont gâtés en performances de pianistes amateurs ou professionnels. On a pu ainsi découvrir les talents d'artistes de passage, ou redécouvrir ceux des vedettes locales. Pensons notamment à Régent Bell, qui a entre autres performé lors de la Journée La vie en rose du 20 août 2015.

Régent Bell au piano. 20 août 2015.
Crédit photo: Jean Cazes

Cette année, sur la page Facebook de Limoilou dans la rue, Valérie Beaudry a aussi partagé ses propres découvertes d'autres artistes qui ont fait de ce piano rassembleur un succès renouvelé!

Le piano, au sortir de son abri décoré par le muraliste Juan Manuel Velazquez Lopez, alias « Shout Gtns », avant sa route vers le Cégep Limoilou. 7 octobre 2022.

Lire aussi :

Limoilou était dans la rue !

Valérie Beaudry : la passion d'une pianiste limouloise

Les pianos publics reviennent enchanter les quartiers