Modification au PPU d'Estimauville : appui réservé du conseil de quartier | 22 décembre 2022 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Oktodev

Modification au PPU d'Estimauville : appui réservé du conseil de quartier

Le conseil de quartier de Maizerets accueillait mardi soir une demande d’opinion pour une modification au Programme particulier d’urbanisme (PPU) D’Estimauville et au réglement d’urbanisme de l'arrondissement. La modification proposée vise à permettre la réalisation d’un projet résidentiel en développement dans l’écoquartier.

Le projet en question doit prendre place sur la rue des Moqueurs, dans l'écoquartier D'Estimauville., Il se trouve donc sur le territoire du PPU adopté en 2013 et révisé en 2016. L'immeuble du promoteur Oktodev prévoit de quatre à six étages et environ 111 unités de logement locatif.

À la demande de la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec, le projet a fait l’objet d’une seconde mouture, a rappelé l’urbaniste de la Ville de Québec Sonia Tremblay. Moins massive, la seconde prévoit « des décrochés et surtout des rez-de-chaussée bien travaillés avec des maisons de ville en location », a-t-elle détaillé.

Suivant sa présentation au conseil de quartier de Maizerets en septembre, des ajustements ont aussi été apportés. Le promoteur prévoyait initialement 10 % de logements abordables. Ce pourcentage est passé à 15 %. Le promoteur a aussi doublé l’espace végétal sur la toiture, de 7,5% à plus ou moins 15 %.

Aire, hauteur et nombre de logements modifiés au PPU

La modification demandée à la réglementation d’urbanisme impliquerait d'inclure le lot visé dans l'aire R_EQ1 (zone 18437Hb), en le retirant de l’aire R_EQ3 (zone 18435Hc). La modification entraînerait aussi le retrait du nombre minimal et maximal de logements par bâtiment pour les bâtiments dits isolés. Enfin, elle se traduirait par l’augmentation de la hauteur maximale de construction de 15 à 18,5 m, soit six étages.

Plusieurs commentaires des citoyen.ne.s et membres du conseil de quartier de Maizerets mardi soir concernaient l’enjeu d’abordabilité. Préoccupé par la gentrification et le verdissement, le conseil de quartier avait demandé lors de la présentation initiale « du logement social et non abordable », ont rappelé ses administratrices et administrateurs. Il avait aussi insisté sur le besoin de verdir le secteur « pas juste en ajoutant pelouse et plate-bande végétal ».

Publicité

Le conseiller municipal de Maizerets-Lairet Claude Villeneuve a soulevé pour sa part un dilemme qui se pose à la Ville de Québec concernant les terrains en friches : accueillir leur développement par les promoteurs ou « attendre le logement social ». Les enveloppes pour le logement social proviennent des paliers provincial et fédéral, a-t-il poursuivi. Il constate « une méchante job à faire en matière de logement social dans Maizerets, qui n’est pas la job de promoteurs privés ».

Pour sa part, Marie-Pierre Boucher, membre du comité exécutif responsable de la planification de l’aménagement du territoire, a dépeint un contexte actuel peu favorable à l'abordabilité, vu l’offre et de la demande, le taux d’inoccupation.

Des voisin.e.s des lots touchés ont aussi exprimé une préoccupation pour la hauteur des bâtiments dans l'écoquartier. La notion même de modification d'un PPU, les raisons qui y mènent, ont soulevé également des questions. L'urbaniste de la Ville de Québec Sonia Tremblay et Marie-Pierre Boucher ont à tour de rôle fourni des explications.

Une entrée en vigueur en février

Le conseil de quartier de Maizerets s’est montré favorable à la demande de modification, en formulant cependant une Option C qui reflète ses préoccupations en matière de verdissement et de logement accessible financièrement aux citoyen.ne.s de son territoire.

Jusqu’au 4 janvier, il est possible de participer à la consultation écrite en ligne sur le projet de modification en question en se rendant au https://participationcitoyenne.ville.quebec.qc.ca/modification-ppu-estimauville-2022

Suivant la consultation, modification sera à l'ordre du jour du conseil municipal le 16 janvier. Le règlement lié au PPU devrait entrer en vigueur autour du 3 février et celui au niveau de l’arrondissement, autour du 13 février.

Lire aussi :

InnoVitam sera axée sur la santé durable et préventive