Norme sur le nickel : un plénier en surface? | 2 février 2022 | Article par Elizabeth Jean-Allard

Claude Villeneuve à la manifestation citoyenne contre la hausse de la norme de nickel dans Limoilou en décembre dernier.

Crédit photo: Table citoyenne Littoral Est

Norme sur le nickel : un plénier en surface?

À l’approche du plénier sur la hausse de la norme de nickel à Québec, le conseiller municipal de Maizerets-Lairet entretient des doutes face aux motivations du maire. Claude Villeneuve, aussi chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville, est d'avis que l’exercice du 3 février ne permettra pas de faire le tour de la question.

M. Villeneuve souhaite rappeler que l’exercice démocratique du 3 février fait suite à une proposition formulée en association avec Jackie Smith, cheffe de Transition Québec et conseillère municipale dans Limoilou. Il apporte toutefois un bémol, en précisant que la seule experte présente sera Michèle Bouchard, la même qui proposait la hausse avancée par la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Les représentants de l’opposition ont d’ailleurs proposé une liste d’experts. L'équipe de Bruno Marchand ne l'aurait pas retenue. M. Villeneuve n’était cependant pas en mesure de confirmer si les experts sont indisponibles ou s’ils avaient simplement été mis de côté. « J’ai toujours de la misère à comprendre où le maire s’en va [avec ça] », mentionne-t-il. Malgré tout, il insiste sur sa volonté de participer en toute honnêteté au processus, et de poser toutes les questions possibles.

Claude Villeneuve prendra part à la manifestation contre la hausse de la norme sur le nickel qui aura lieu le 5 février sur le pont Dorchester. Il tient à souligner les efforts citoyens des quartiers environnants pour assurer une qualité de vie pour les habitants et il « invite tous les gens du quartier et au-delà » à se joindre à la manifestation.

Un samedi chargé

Le conseiller municipal a aussi abordé l’arrivée du convoi contre les mesures sanitaires dans les prochains jours. À ses yeux, les enjeux d’une manifestation à Québec sont différents de ceux à Ottawa et il est primordial qu’un tel rassemblement ne mette pas en péril la tenue du Carnaval. « Il faut que la fête puisse se tenir et que les gens puissent se rendre », indique-t-il.

Pour lui, le Carnaval de Québec est un moment par excellence pour encourager les commerces locaux et pour célébrer l’hiver. Il lui semble incongru que des manifestations contre les mesures sanitaires viennent troubler une fête hivernale qui s’inscrit dans le déconfinement graduel. Il note aussi le paradoxe de voir une manifestation en Basse-Ville pour lever le drapeau de la pollution de l’air en parallèle avec une hausse du trafic de camions en Haute-Ville.

Publicité