PPU Wilfrid-Hamel-Laurentienne : la version finale adoptée | 6 octobre 2022 | Article par Thomas Verret

Voici une vision du futur sur le boulevard Wilfrid-Hamel réaménagé et redéveloppé. Cette photo figure dans le document du PPU.

Crédit photo: gracieuseté – Photo recadrée

PPU Wilfrid-Hamel-Laurentienne : la version finale adoptée

Le conseil municipal a adopté mardi soir la version finale du Programme particulier d'urbanisme (PPU) Wilfrid-Hamel-Laurentienne. Ce document touffu de 94 pages encadrera la transformation à venir du secteur.

À l'entrée de la ville, de grands axes routiers encerclent les quartiers de ce pôle urbain. On y retrouve aussi des terrains asphaltés à développer, dont ceux de Fleur de Lys. Dans cette perspective, l'administration municipale préconise une configuration urbaine pensée en fonction de la qualité de vie.

Revitalisation, densification, verdissement et mobilité active

Le PPU vise à dynamiser le secteur, à le densifier, à le verdir, en plus d'y favoriser la mobilité active. Concrètement, la municipalité mise sur une mixité des fonctions, une présence résidentielle accrue, des aménagements attrayants et une meilleure interconnexion avec les quartiers voisins. De plus, on prévoit d'y rendre les déplacements actifs plus sécuritaires. La bonification de l'offre de transport en commun figure également dans les intentions de l'administration Marchand.

« Les citoyens peuvent désormais rêver à un milieu plus vert, sécuritaire et où la qualité de vie prédomine », affirme Marie-Pierre Boucher, membre du comité exécutif, responsable de la planification de l'aménagement du territoire.

La quasi-majorité des élus municipaux se sont montrés en faveur du règlement. De son côté, la conseillère de Limoilou et cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, a réagi positivement sur Facebook.

Publicité

Une trentaine de changements au PPU Wilfrid-Hamel-Laurentienne

Les principales orientations sont sensiblement les mêmes que dans la version préliminaire. De manière générale, les citoyens se sont positionnés en faveur des aménagements proposés.

Cela dit, les commentaires recueillis lors des consultations ont permis d'ajuster certains éléments du règlement. Au total, la Ville a apporté une trentaine de changements au PPU, précise Mélissa Coulombe-Leduc, membre du comité exécutif responsable de l'urbanisme.

Plusieurs des modifications ont trait à la hauteur des bâtiments et à l'importance accordée au verdissement ainsi qu'aux déplacements actifs. Tous les détails se retrouvent dans le sommaire et les rapports de consultation accessibles sur le site web de la Ville, sur la page des activités de participation publique.

Développement projeté aux abords de la rivière Saint-Charles. Le verdissement y est bien présent.

Les commentaires du Conseil de quartier de Lairet pris en compte

Lundi, les conseils de quartier concernés (Vanier, Lairet, Vieux-Limoilou, Saint-Roch) ont eu droit à une présentation exclusive du règlement.

Le président du Conseil de quartier de Lairet y a assisté. Simon Guillaume Verret souligne l'écoute et l'ouverture de la Ville dans ce dossier. Il salue des modifications apportées dans le document final. M. Verret note, entre autres, « l'ajout d'axes de déplacements actifs pour mieux relier les quartiers », une part de la solution pour désenclaver Lairet. Ainsi, on procure aux résidents « de réelles opportunités de se déplacer par divers moyens de transport », fait-il valoir.

Offre adaptée aux familles et rue partagée : les déplacements actifs sont mis de l'avant dans le PPU Wilfrid-Hamel-Laurentienne.
Crédit photo: gracieuseté – Photo recadrée

De plus, le président de l'organisme constate la volonté d'aménager un lien piétonnier plus continu au Sud de la voie ferrée. Il se réjouit aussi de la création d'une trame verte reliant les parcs et les espaces verts.

« Avec ces bonifications, on ressent mieux la trame continue qui nous semblait nécessaire pour relier tout le grand secteur de Québec ciblé par le PPU. »

Après avoir vu les plans de la ville, M. Verret croit possible la mise en place d'un « corridor attirant, accessible et vert » entre la zone industrielle de Lairet (sur le boulevard des Cèdres),  Fleur de lys et ExpoCité. Mais surtout, il a maintenant espoir que ce corridor soit pleinement sécuritaire pour traverser les artères à pied ou à vélo.

Finalement, Simon Guillaume Verret est heureux du maintien de l'usage C20 des restaurants dans la zone industrielle, une demande du Conseil de quartier de Lairet.

Logements abordables et circulation automobile : des enjeux de densification à surveiller

En revanche, l'organisme surveillera de près les enjeux de densification émanant du PPU, notamment en matière de logements abordables et de circulation.

« Je me croise les doigts pour qu'on ne reste pas dans une culture de l'automobile », dit-il.

« Avec une plus grande densité, profitons-en pour réorganiser le transport collectif. »

Des projets du MTQ liés au PPU

Deux projets du ministère des Transports du Québec (MTQ), le 3e lien et la transformation de l'autoroute Laurentienne, influenceront l'avenir du secteur. À cet égard, le Conseil de quartier de Lairet réitère son souhait de voir le boulevard urbain prolongé jusqu'à la hauteur de l'autoroute Félix-Leclerc.

« C'est un projet qui nous tient à cœur, cette transformation-là », insiste Simon Guillaume Verret.

En guise de conclusion, ce dernier espère que l'esprit collaboratif se poursuivre. Il réfère à la consultation attendue concernant les terrains de la 41e Rue et de la 1re Avenue. À ce jour, la ville n'a pas encore divulgué le calendrier de cette activité de participation publique.

On peut consulter en ligne et télécharger (.pdf) la mouture finale du PPU Wilfrid-Hamel-Laurentienne.

Lire aussi :

La Ville dévoile la version finale de sa vision pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne