<em>Stella Nivis</em>, un voyage multimédia pour l'avenir de l'église Saint-Fidèle | 20 octobre 2022 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Jean Cazes

Stella Nivis, un voyage multimédia pour l'avenir de l'église Saint-Fidèle

La baisse de fréquentation des églises amène les paroisses à innover pour leur pérennité. À l’église Saint-Fidèle de Limoilou, la solution passera par une mixité d’usages. Un projet touristique ambitieux viendra cohabiter avec la vocation et les services du lieu de culte. Il mettra en valeur le patrimoine et l’esprit du Sanctuaire de Notre-Dame-de-Rocamadour.

Diane Dupuis, directrice générale de la paroisse, et l’abbé Julien Guillot ont participé mercredi à l’assemblée d'octobre du conseil de quartier du Vieux-Limoilou. Ils ont présenté le projet prévu pour le sanctuaire.

Au coeur de celui-ci se trouve une expérience multimédia immersive, Stella Nivis – « étoiles de neige ». La projection à grande échelle évoquera l’histoire du sanctuaire, initialement établi à l’église Saint-François-d’Assise. On y remontera au voyage durant lequel Jacques Cartier et son équipage ont contracté le scorbut et vécu une « guérison miraculeuse ». Elle mettra en valeur le patrimoine spirituel et architectural du lieu et la place des Premières Nations dans son histoire.

Misant sur l’image et le son, sans texte, l’expérience immersive sera accessible à tou.te.s, a expliqué Diane Dupuis. Elle va « permettre aux gens de voyager » et de vivre « une aventure visuelle et sonore magistrale ».

Quant aux espaces intérieurs et extérieurs du bâtiment, elle a parlé de lieu « paisible », de « havre de paix ». Des améliorations locatives y assureront  l’accessibilité universelle. On construira un pavillon d’accueil. Le verre du pavillon laissera voir le mur de pierre du bâtiment patrimonial. On y mettra un ascenseur. Le parvis sera refait; la statue actuelle, remise en valeur. On retrouvera des panneaux d’interprétation sur le quartier, à l’extérieur.

On réaménagera le sous-sol en espace multifonctions. Il pourra accueillir des rencontres et autres activités. Les acteurs de la communauté limouloise pourront le louer, on y verra des expositions, conférences, autres activités culturelles. Le projet pour le sanctuaire prévoit aussi une petite boutique de produits d’artisans locaux.

Publicité

On tient à développer le tout en observant de bonnes pratiques durables, écoénergétiques, carboneutres, a expliqué la directrice générale de la paroisse.

Initialement prévue pour l’automne 2023, l’ouverture est maintenant envisagée pour le printemps 2024. Le coût total de l’ensemble du projet se chiffre à 7,7 M$.

On projette quelque 33 000 visiteurs la première année, et une croissance par la suite. Visiteurs et visiteuses proviendront de la région, d’ailleurs au Québec, du tourisme international, des voyages organisés, croisières. On pense même aux étudiants internationaux. Le démarchage dans ces secteurs est déjà en cours.

D'hier à demain, l'église Saint-Fidèle

Construite en 1954, l’église Saint-Fidèle actuellement accueille 75 à 100 fidèles le dimanche. Elle est la moins fréquentée des trois églises limouloises qui sont toujours des lieux de culte. Cependant, elle est avantagée par son emplacement et son statut de sanctuaire national, a souligné l'abbé Julien Guillot.

Depuis l’arrivée de l’abbé Guillot en 2015, une réflexion et des démarches pour protéger, rentabiliser, pérenniser les églises s’est mise en marche. Seulement pour maintenir une église ouverte, il en coûte de 100 000 $ à 120 000 $ par an, a rappelé Mme Dupuis.

Un organisme à but non lucratif s’est constitué pour porter le projet d’envergure présenté mercredi. Y siègent des gens d’affaires limoulois dont Pierre Jobidon du IGA éponyme, des avocats et architectes. L’ex-directeur général de la Société de développement commercial (SDC) de la 3e Avenue, Sébastien Chamberland, devenu conseiller politique, en fait partie. L'organisme travaille avec des historiens.

Les démarches pour présenter le projet et tisser des liens vont bon train. L'organisme a des appuis de l'Association du tourisme religieux et spirituel du Québec, de la CDÉC de Québec, de la Caisse d’économie solidaire, de Destination Québec Cité (ancien Office du tourisme). Les membres de la SDC Limoilou sont invité.e.s à une présentation dans quelques jours.

Il devra toutefois y avoir une consultation publique pour modifier le règlement de zonage. La circulation des autobus de touristes, les impacts pour le voisinage, et notamment le stationnement, seront soulevés par les citoyen.ne.s, pressent le conseil de quartier du Vieux-Limoilou. Il pourrait aussi y avoir des inquiétudes en lien avec l’hébergement touristique. L’équipe du projet s'est montrée soucieuse, mercredi, de minimiser les irritants. Elle souhaite travailler en dialogue avec les Limoulois dès maintenant. Plusieurs fois, elle a insisté sur l'ancrage du projet dans sa communauté.

Lire aussi :

Limoilou dans les années 1920 : le sanctuaire Notre-Dame-de-Roc-Amadour