Un verre avec de grands noms de la musique | 13 août 2022 | Article par Elizabeth Jean-Allard

Caroline Guay est une artiste tout en couleur.

Crédit photo: Marguerite St-Pierre

Un verre avec de grands noms de la musique

Une nouvelle exposition couvre les murs de la brasserie Brasseurs sur demande. L’artiste limouloise Caroline Guay y présente ses œuvres du 13 août jusqu’à la mi-octobre. Prendre un verre avec de grands noms de la musique n’aura jamais été aussi facile.

Elton John, Bob Marley, Kurt Cobain et plus : une quinzaine d’œuvres agrémentent les murs de la brasserie. Chacune a pris environ 12 heures à réaliser. Pour Caroline Guay, qui occupe un emploi de technologue en imagerie médicale, cela représente de nombreuses pauses-dîners. Alors qu’elle dessinait et peignait dans sa jeunesse, elle s’était tournée vers d’autres formes d’art avec le temps.

Une blessure l’a forcée à ralentir et revenir à ses sources. Incapable de tenir en place, elle s’est donc remise au dessin. Ce sont le graphite, l'encre de Chine et le collage qui colorent ses canevas.

Caroline Guay a réalisé sa première exposition en juin 2018, et elle ne s’est pas arrêtée là. En plus d’avoir exposé à plusieurs endroits dans Limoilou, comme au Bal du Lézard et à la Galerie Chez Alfred Pellan, elle est allée jusqu’à Montréal et à Saint-Hyacinthe. Un de ses portraits se trouve même en Suisse!

Mettre de côté l'exactitude

« Le plus beau compliment qu’un artiste peut recevoir de quelqu’un, c’est quand la personne dit : on reconnaît tout de suite ton style », raconte Caroline Guay.

À tout le moins, c’est le plus beau compliment qu’elle a reçu.

Publicité

Autrefois, elle s’attelait à créer des portraits les plus réalistes possibles. Maintenant, l’artiste préfère laisser sa marque. Passionnée de musique, le fait de dessiner des musiciennes et des musiciens lui permet de faire connecter ses intérêts.

Caroline Guay imprime ses oeuvres sur des cartes postales. Son plaisir ? Les laisser dans les boîtes à livre qu'elle croise sur son chemin.
Crédit photo: Élizabeth Jean-Allard

Son groupe préféré? Red Hot Chili Pepper. Elle ne s’est pas encore attaquée au portrait d’Anthony Kiedis, le chanteur.

Un aspect de son travail exige l’exactitude, lorsqu’arrive le temps d’encadrer ses œuvres et de les accrocher. « Ce que je trouve le plus plate, c’est l’encadrement », soupire la dessinatrice. Le dessin est croche dans le cadre, ou bien il y a un cheveu pris entre la vitre et le dessin. Bref, du « taponnage ».

Sans oublier les systèmes de fixation qui sont toujours différents.

« D’une place à l’autre, c’est toujours une surprise! »
– Caroline Guay.

Au moins, elle est préparée maintenant. Elle possède un coffre rempli d’attaches, de fils, de vis, de clous et de tournevis. Ses outils essentiels pour l’installation de ses expositions.

Une retraite colorée

En attendant sa retraite, Caroline Guay se consacre à des cours en arts visuels au Cégep de Limoilou. Son objectif est d’exercer sa passion à temps plein. Exposer dans différents établissements comme des cafés et des bars lui permett de se faire connaître.

« Que j’en vende, que j’en vende pas, c’était plus ou moins important pour moi », explique-t-elle.

Cela dit, à chaque exposition, elle se fait contacter pour ses œuvres.

Un vernissage de l’exposition de Caroline Guay, chez Brasseurs sur demande au 1177 de la Canardière, aura lieu le mercredi 24 août entre 18 h et 20 h.

Lire aussi :

Focus : la beauté sans filtre