Ici vécut: Claire France, au 1802, 1re Avenue

On retrouve sur différents immeubles de Québec 135 plaques Ici vécut. Elles rappellent à nos mémoires des personnes qui y ont habité et qui ont marqué d’une façon ou d’une autre l’histoire de la ville. L’autrice Claire France a vécu au 1802, 1re Avenue au début de sa carrière.

<em>Ici vécut</em>: Claire France, au 1802, 1re Avenue | 14 mai 2023 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Google Street View

On retrouve sur différents immeubles de Québec 135 plaques Ici vécut. Elles rappellent à nos mémoires des personnes qui y ont habité et qui ont marqué d’une façon ou d’une autre l’histoire de la ville. L’autrice Claire France a vécu au 1802, 1re Avenue au début de sa carrière.

Le véritable nom de cette poète et romancière née en 1927 à Roberval était Claire Morin. On retrouve des informations sur son oeuvre et son parcours dans le Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec (éditions Fides, 1982). L’ouvrage a alimenté la fiche présentée sur Advitam.banq.qc.ca Celle-ci comprend également une notice biographique rédigée par le conjoint de l’autrice, le comédien Marc Doré.

Entre la France et le Québec

Claire France a séjourné une première fois en France alors qu’elle avait amorcé son cours classique chez les Ursulines à Québec. Elle a fréquenté l’école Hattemer-Prignet puis la Sorbonne, où elle a étudé la littérature. De Paris, elle écrivait des poèmes qu’on pouvait lire dans le journal Le Soleil.

Revenue dans la Vieille Capitale, Claire France a élu domicile à Limoilou. Elle y a écrit son premier roman, Les enfants qui s’aiment. Publié en 1957, il allait être traduit en 12 langues.

« Une petite Canadienne est venue faire ses études à Paris. Elle vit dans une pension de jeunes filles de tenue sévère. La directrice lui a fait connaître une famille française. Elle y est reçue souvent. Un jour, le livre commence de cette façon, elle découvre que le garçon de la maison – André, il a une quinzaine d’années – est beau. »

Ce synopsis provient du journal Le monde. Le 20 avril 1957, on a pu y lire une critique du roman, signée Robert Coiplet. Le début de son texte est accessible librement en ligne.

« Il est rare, il n’arrive plus jamais de lire un livre de cette grâce. Gauche et naïf, mais point si naïf que cela. Il est pur. Avant de sourire il faut penser à ceci, qu’on ne comprend qu’à la fin : s’il n’était pas pur il n’aurait plus de raison d’être. Ce n’est pas le récit d’une amourette de collégiens, il exprime une idée de l’amour : l’être aimé, celui que l’on aime parce qu’il est lui d’une certaine façon, cet être ne dure pas, il devient un autre, il meurt et l’on reste attaché à un visage qui n’existe plus.

J’ai entendu une femme dire après avoir lu ce livre : ” Comment cette fillette sait-elle cela? ” »

À la même époque, on pouvait Claire France entendre lire à la radio CKCV des récits qu’elle avait écrits pour un jeune public.

Publicité

De romans en chansons

Au concours de la chanson de Radio-Canada, sa chanson intitulée « Cafard que j’ai » a valu à Claire France le deuxième prix en 1958. Des nouvelles de sa plume ont commencé à paraître dans le magazine Châtelaine en 1959.

Après un retour en France pour suivre des cours d’art dramatique, de danse et de mime, l’artiste a commencé à enseigner l’art dramatique et la danse classique à Québec. Elle a enseigné notamment au collège Notre-Dame-de-Bellevue. On le trouvait dans Saint-Sacrement, là où s’est établi le collège Stanislas.

En 1961, Claire France a épousé Marc Doré; leur fille Isabelle a vu le jour en 1966. Entre-temps, elle a mené à terme ses deux autres romans : Et le septième jour… et Autour de toi Tristan. Ce dernier a reçu en 1963 le grand prix du Maine en France.

Claire France a consacré la fin de sa vie à sa démarche d’auteure-interprète. Un recueil de ses chansons est paru en 1975 sous le titre L’oiseau mon fils a chanté, aux éditions Garneau.

Le 31 décembre 1976, Claire France et sa fille Isabelle ont péri dans un accident d’automobile dans le parc des Laurentides.

Une section du site de la Ville de Québec rassemble la liste des plaques Ici vécut.

Lire aussi :

Ici vécut Louis Fortier, au 608 de Saint-Vallier Est

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir