Jackie Smith part en congé de maternité

Jackie Smith peut enfin souffler jusqu'à son accouchement prévu à la fin du mois. À 37 semaines de grossesse, elle se retire jusqu'en septembre. Son congé de maternité débute cette semaine, après une dernière participation au conseil de ville, demain.

Jackie Smith part en congé de maternité | 1 mai 2023 | Article par Thomas Verret

La cheffe de Transition Québec, Jackie Smith, s’engage à être présente lors de votes sur des dossiers majeurs, comme le tramway.

Crédit photo: Thomas Verret

Jackie Smith peut enfin souffler jusqu’à son accouchement prévu à la fin du mois. À 37 semaines de grossesse, elle se retire jusqu’en septembre. Son congé de maternité débute cette semaine, après une dernière participation au conseil de ville, demain.

Jackie Smith s’apprête à donner naissance à un deuxième enfant. La cheffe de Transition Québec s’absentera pour l’été afin de s’occuper de son bébé. Elle se retire donc de l’espace public pour se dédier à sa famille.

« Je serai absente de l’hôtel de ville pour les quatre prochains mois, tel que permis par la loi », a annoncé l’élue municipale lors d’un point de presse, lundi après-midi.

Cela dit, Jackie Smith est consciente de l’importance de ses responsabilités. Ainsi, cette dernière sortira de son congé quand des enjeux nécessiteront des votes cruciaux pour la balance du pouvoir, comme dans le cas du tramway, par exemple. Elle « se fera alors un devoir d’être présente » pour faire entendre sa voix.

« Je ne vais pas laisser tomber le tramway », assure-t-elle.

Son bras droit prend le relais

Pendant son absence, c’est son attaché politique qui tiendra le fort. Édouard Busque répondra aux demandes et assurera le suivi des différents dossiers. La conseillère de Limoilou se fait d’ailleurs rassurante auprès des citoyens du district. « Il n’y aura pas de rupture de service. On ne les laisse pas tomber », insiste Mme Smith.

« Je veux que les citoyens de Limoilou sachent qu’ils peuvent continuer de me contacter par les voies de communications habituelles », précise-t-elle.

Une pause salutaire

Chose certaine, ce congé de 18 semaines lui fera le plus grand bien. Les dernières semaines de travail se sont avérées pénibles. Avec le poids d’un « gros bébé » de plusieurs livres à porter dans le ventre, elle a eu de la difficulté à maintenir la cadence habituelle. Dans ces conditions, « il n’est pas facile de se concentrer, d’écouter et de contribuer », confirme-t-elle.

« C’est ce que j’ai le plus sous-estimé, avoue Mme Smith. À ce moment-ci de ma grossesse, je suis inconfortable, à tel point que ça me déconcentre. Juste de trouver une position dans laquelle je suis capable de respirer, sans avoir mal au dos, c’est un défi en soi. »

Publicité

Conciliation travail-famille

Au cours des derniers mois, Jackie Smith a soulevé la question de la conciliation travail-famille en politique municipale sur la place publique. Elle juge que les règles actuelles forcent les nouveaux parents à écourter leur congé, pour ne pas laisser les électeurs sans représentant. Ses demandes au conseil de ville de Québec sont cependant restées lettre morte. Le ministère des Affaires municipales n’a toujours pas révisé la loi québécoise qui date de 2016.

Jackie Smith propose notamment qu’un élu en congé parental puisse être remplacé dans ses fonctions par un non-élu, et plus de flexibilité dans ce contexte familial qui l’exige.
Crédit photo: Thomas Verret

La principale intéressée promet finalement de ramener cet enjeu à l’avant-scène à son retour au travail, à l’automne. Elle est loin d’avoir dit son dernier mot.

« Je ne vais pas lâcher le morceau, ça c’est certain. »

Lire aussi :

Catherine Vallières-Roland et Mélissa Coulombe-Leduc : des réalités semblables

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir