Hydro-Québec abat plusieurs arbres dans Maizerets

Au début du mois, Hydro-Québec a procédé à une importante coupe d’arbres dans le quartier Maizerets en bordure de la piste cyclable sur le boulevard Montmorency, près du Domaine Maizerets et du viaduc Henri-Bourassa.

Hydro-Québec abat plusieurs arbres dans Maizerets | 16 octobre 2023 | Article par Olivier Alain

Les arbres qui ont été coupés entraient en conflit avec une ligne électrique.

Crédit photo: Thomas Verret

Au début du mois, Hydro-Québec a procédé à une importante coupe d’arbres dans le quartier Maizerets en bordure de la piste cyclable sur le boulevard Montmorency, près du Domaine Maizerets et du viaduc Henri-Bourassa.

Contacté par l’auteur de ces lignes, Jean-Pascal Lavoie, porte-parole de la Ville de Québec, confirme que «ces travaux sont réalisés par Hydro-Québec dans le cadre de son entretien arboricole du réseau de distribution électrique ».

« Les interventions faites par Hydro-Québec visaient essentiellement à retirer les arbres dont la croissance entrait systématiquement en conflit avec les normes de sécurité établies en contrôle de végétation à proximité des lignes électriques. »

Cette bande d’arbres a poussé naturellement entre la piste cyclable et le chemin de fer. Les arbres abattus se trouvaient directement sous les lignes électriques et entraient constamment en conflit avec celles-ci.

L’élagage directionnel devenu inefficace

La stratégie d’élagage directionnel habituellement employée par Hydro-Québec en milieu urbain ne convenait plus aux d’arbres qui entraient en conflit avec les lignes électriques. L’élagage effectué de façon récurrente sur cette bande de végétation n’était plus efficace.

Les arbres coupés étaient majoritairement des peupliers. Il s’agit d’une essence dont le développement se fait d’abord sur un axe vertical. L’élagage, qui contrôle le déploiement horizontal de l’arbre, ne permettait plus de sécuriser les installations d’Hydro-Québec.

Néanmoins, les arbres qui gênaient le moins sont toujours debout après les travaux.

« Les arbres conservés sont ceux de plus faible déploiement qui n’entreront pas en conflit avec la ligne malgré leur positionnement », indique M. Lavoie.

Gestion des débris de coupe

On retrouve plusieurs résidus laissés sur le site visé par la coupe. Des branches et des grandes sections de tronc d’arbres jonchent toujours le sol, plus de deux semaines après les travaux menés par la société d’état.

Publicité

Il s’agit d’une pratique courante chez les équipes d’Hydro-Québec. Cela permet d’une part de faire des économies importantes sur le transport du bois coupé et d’autre part de protéger la faune et la flore.

« Le bois et les branches résiduels ont un rôle à jouer dans la conservation de la biodiversité. Ces résidus, déchiquetés ou non, peuvent être éparpillés sur le sol. En se décomposant, ils apportent de la matière organique aux sols […] », peut-on lire sur le site web d’Hydro-Québec.

 

Les résidus de coupe ont été laissés sur place.
Crédit photo: Olivier Alain

Lire aussi:

Promenade Samuel-de-Champlain : un flou plane

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir