Qualité de l’air : le GTCA visite Limoilou

Les citoyen.ne.s l’avaient demandée : la présentation dans Limoilou du rapport du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques (GTCA) a eu lieu mercredi soir. Plus de 70 personnes s’y sont rendues, au Centre Monseigneur-Marcoux.

Qualité de l’air : le GTCA visite Limoilou | 30 mars 2023 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Suzie Genest

Les citoyen.ne.s l’avaient demandée : la présentation dans Limoilou du rapport du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques (GTCA) a eu lieu mercredi soir. Plus de 70 personnes s’y sont rendues, au Centre Monseigneur-Marcoux.

Particules fines et nickel, dioxyde d’azote, sources des contaminants, recommandations : le président du GTCA Jean-Pierre Charland avait préparé une présentation plus concise des faits saillants du rapport. Il souhaitait réserver le plus de temps possible à la période de discussion.

Pour « faire amende honorable », il avait bonifié sa présentation de certains « chiffres plus à l’échelle » du secteur. Il a notamment attiré l’attention sur le nombre de tonnes de poussières fines dans la ville de Québec en 2020 : 2455. Une nouvelle visualisation en illustre la ventilation en fonction de la population des quartiers du secteur visé et du nombre d’appareils de chauffage au bois résidentiel. Il a réalisé ce nouvel exercice à l’aide de résultats d’un sondage de la Ville de Québec, à partir de pourcentages par arrondissement.

Tout au long du rapport, le GTCA cite plusieurs fois des données de 2016 sur la concentration des contaminants. Le jour de sa sortie, Environnement Canada en a dévoilé de nouvelles, de 2018, a dit Jean-Pierre Charland mercredi. Si elles montrent une baisse à Québec, c’est « un faux espoir », a-t-il indiqué. « Ça va remonter après ».

La qualité de l’air continue d’inquiéter

La période de discussion a été l’occasion de rappeler les préoccupations citoyennes. Celles des représentants de la Table citoyenne Littoral Est, du Mouvement pour une ville zéro déchet, et des familles limouloises, notamment.

On a demandé à Jean-Pierre Charland de se commettre sur certains constats et sources de contaminants. Trouve-t-il rassurant le portrait qui se dégage rapport? Peut-il nommer explicitement le Port de Québec comme source importante du « secteur industriel »?

Malgré ce qu’il a lui-même qualifié de « réponse de politicien » à un moment, il a fait preuve d’ouverture. On l’a remercié, on a souligné ne pas vouloir diriger vers lui les déceptions et frustrations ressenties à l’endroit des décideurs. On a déploré que des représentant.e.s du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs ne soient pas venu.e.s entendre les citoyen.ne.s. Selon le président du GTCA, « ça commence à bouger ». Il a encouragé les citoyen.ne.s à poursuivre leur engagement et « garder la pression » à l’endroit des décideurs.

Les députés solidaires Sol Zanetti et Étienne Grandmont de même que la conseillère municipale du district de Limoilou Jackie Smith ont ajouté leurs voix à celles des résidant.e.s de Limoilou et de quartiers voisins.

La présentation préparée par Jean-Pierre Charland pour Limoilou sera rendue disponible. Le conseil de quartier du Vieux-Limoilou invite les personnes qui souhaitent la recevoir à communiquer avec lui par courriel à l’adresse cqvlimoilou@gmail.com

Publicité

Lire aussi :

Qualité de l’air : nouveaux rapports, mêmes constats

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir