Qualité de l’air : de nombreux enjeux soulevés par le public

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale a procédé à une première séance d’information publique des résultats du projet Mon environnement, ma santé (MEMS), lundi soir, 13 mars. On a alors présenté ses principaux constats et recommandations. Des citoyens et citoyennes y ont notamment abordé les questions de la canopée et du rôle de l’incinérateur.

Qualité de l’air : de nombreux enjeux soulevés par le public | 14 mars 2023 | Article par Julie Rheaume

Vue nocturne sur le secteur la station des Sables et de la rivière Saint-Charles

Crédit photo: Suzie Genest

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale a procédé à une première séance d’information publique des résultats du projet Mon environnement, ma santé (MEMS), lundi soir, 13 mars. On a alors présenté ses principaux constats et recommandations. Des citoyens et citoyennes y ont notamment abordé les questions de la canopée et du rôle de l’incinérateur.

Rappelons que le projet MEMS visait à décrire les concentrations dans l’air des particules fines, du dioxyde d’azote, du nickel et d’autres métaux dans Limoilou-Vanier-Basse-Ville. Il se penchait aussi sur les effets de ces contaminants sur la santé. Celui-ci a été dévoilé publiquement et présenté aux médias lundi matin.

Neuf recommandations ont été établies dans le cadre de MEMS, telles « l’intensification de la réduction des émissions dans les secteurs industriels, commerciaux, institutionnels, et l’accélération de la transition vers des énergies propres. Cela inclut de réduire à la source la production de matières résiduelles», comme l’écrit notre collègue Suzie Genest dans un article de Monlimoilou publié ce lundi.

La première séance d’information publique citoyenne du projet MEMS s’est déroulée en même temps en présentiel, au Centre Horizon de Limoilou, et en ligne. Le directeur de la santé publique, le Dr André Dontigny, et le Dr Philippe Robert, médecin en santé publique, ont présenté les résultats du projet et répondu aux questions de l’assistance.

L’incinérateur et autres préoccupations

L’impact de l’incinérateur sur la pollution de l’air semble préoccuper plusieurs personnes, dont le citoyen engagé Jean-Yves Desgagnés. MEMS « banalise l’importance de l’incinérateur alors qu’on met l’accent sur l’impact du chauffage au bois », a-t-il soutenu lors de son intervention. Pour ce résident de Limoilou, l’incinérateur est « l’éléphant dans la pièce » que l’on refuse de voir.

Rappelons que MEMS recommande notamment « la bonification de la réglementation sur le chauffage au bois et le renforcement de la sensibilisation à son impact sur la santé ».

M. Desgagnés affirme que peu de résidences de Limoilou sont dotées de chauffage au bois et que la plupart des ménages qui ont recours à de tels systèmes possèdent des appareils qui sont conformes aux normes environnementales.

Les médecins de la Santé publique ont notamment répliqué plus tard que les particules des poêles à bois voyagent et peuvent se retrouver dans Limoilou, alors qu’elles ne tirent pas leurs origines du quartier.

Martial Van Neste, vice-président du Conseil de quartier de Maizerets, a quant à lui insisté sur la nécessité d’avoir comme objectif de 40 % en termes de canopée. Un autre citoyen s’est aussi prononcé en faveur d’un tel niveau de canopée, sauf que même si le verdissement est moyen de lutter contre les effets nocifs de la pollution et les îlots de chaleur, il ne réduit pas les contaminants à la source pour autant, a-t-il fait valoir.

Publicité

Nicole Laveau, présidente du Conseil de quartier de Vanier, a quant à elle soulevé l’impact d’un éventuel troisième lien sur l’environnement. Le Dr Dontigny a toutefois jugé qu’il était « prématuré » de se prononcer sur cet enjeu.

Des citoyens et citoyennes se sont aussi montré·e·s préoccupé·e·s par les métaux présents dans l’air, les niveaux de dangerosité et les interactions de ces substances entre elles. Les conséquences du transport routier et maritime, ainsi que la pollution industrielle, dont l’impact de la White Birch, ont également été soulevés lundi soir.

Élus présents

Jackie Smith, conseillère municipale de Limoilou, Claude Villeneuve, conseiller municipal de Maizerets-Lairet, ainsi que Sol Zanetti, député de Jean-Lesage à l’Assemblée nationale, se trouvaient dans l’assistance de l’assemblée publique, lundi.

Mme Smith a dit être à l’écoute et ne pas prendre à la légère les constats du projet MEMS. Elle a aussi tenu à en remercier les acteurs.

Le projet recommande la « mise en place d’une instance réunissant tous les secteurs à l’échelle de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) ». M, Villeneuve a quant à lui promis de « relancer la balle » au sein de la CMQ.

Pour les docteurs Dontigny et Robert, la séance d’information de lundi n’était qu’un début, ont-ils indiqué. Rappelons que le CIUSSS ira prochainement à la rencontre des conseils de quartier afin de leur présenter MEMS.

Lire aussi :

Limoil’Air : mixologie des particules

 

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir