Rapport sur les contaminants atmosphériques : présentation à Limoilou demandée

Des citoyen·ne·s demandent au ministre Benoît Charette que le rapport du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques (GTCA) soit présenté à Limoilou. Le ministre de l’Environnement, de la Lutte au changement climatique, de la Faune et des Parcs a reçu leur lettre ouverte.

Rapport sur les contaminants atmosphériques : présentation à Limoilou demandée | 16 février 2023 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Suzie Genest

Des citoyen·ne·s demandent au ministre Benoît Charette que le rapport du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques (GTCA) soit présenté à Limoilou. Le ministre de l’Environnement, de la Lutte au changement climatique, de la Faune et des Parcs a reçu leur lettre ouverte.

Mercredi soir, à son assemblée mensuelle, le conseil de quartier du Vieux-Limoilou a fait mention de la lettre portée par des citoyen·ne·s. Il a adopté une résolution pour officialiser sa demande dans le même sens. Comme l’a illustré son président Raymond Poirier, le conseil de quartier souhaite « que le ministère débourse pour permettre aux experts de présenter le rapport dans Limoilou ».

Dans le contexte du Comité de vigilance des activités portuaires et du comité sur la gestion des matières résiduelles, des membres du conseil de quartier ont vu le président et le secrétaire du GTCA, Jean-Pierre Charland et Claude Thellen.

« Ce sont des gens qui sont intéressés à vulgariser, à présenter, à dialoguer », a résumé Raymond Poirier. « Ça serait bénéfique pour les citoyens de les rencontrer, ne serait-ce que dans une optique d’information et d’éducation. »

La lettre ouverte transmise au ministre Charette déplore le « contexte non facilitant à la participation citoyenne » entourant la sortie du rapport.

« À l’attention des citoyens et citoyennes, vous avez annoncé, le 30 janvier en fin de journée, la tenue d’une assemblée publique qui aurait lieu en Haute-Ville. Vous nous avez donné 24 heures d’avis pour nous organiser et s’y présenter, peu importe nos engagements, peu importe le fait que la Ville de Québec elle-même tenait une consultation publique sur le thème du développement durable dans nos quartiers au même moment. Au-delà du communiqué diffusé sur les chaînes officielles, vous n’avez pas diffusé d’invitation, vous ne vous êtes pas assuré de rejoindre les populations concernées.

La lettre souligne que « le volumineux rapport » a été diffusé « moins de quatre heures avant le début de la rencontre ». « Ni les citoyens et les citoyennes, ni les journalistes n’ont pu préparer leurs questions à la lumière d’une lecture préalable de l’ensemble du rapport. »

Une « demande officielle » exigée

Le « concert de voix qui déplorait le contexte de l’assemblée de janvier (citoyens et citoyennes, organismes, conseils de quartier) » et les « requêtes relayées par nos élus » n’ont pas suffi à faire entendre la demande, déplorent les signataires de la lettre. Il fallait « une demande officielle ». La lettre la formule :

« Exigez de votre ministère qu’il organise dans les plus brefs délais – par respect et par courtoisie pour les populations concernées – une assemblée publique à Limoilou, où les experts que vous avez mandatés présenteront leur rapport et discuteront, le temps qu’il faudra, avec les citoyens et citoyennes concernés;

Publicité

Assurez-vous que l’invitation soit faite avec un préavis raisonnable, et engagez-vous activement dans sa diffusion auprès des milieux concernés.

De notre côté, nous serons au rendez-vous. »

Lire aussi :

Qualité de l’air : données pas toujours données

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir