La Ruelle des Oiseaux de passage verdira à petits pas

La Ruelle des Oiseaux de passage verdira ces prochains mois, bon an mal an. Si son grand projet de revitalisation attend toujours une sortie d’impasse, un plus petit projet pourra se concrétiser.

La Ruelle des Oiseaux de passage verdira à petits pas | 31 mars 2023 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Jean Cazes

La Ruelle des Oiseaux de passage verdira ces prochains mois, bon an mal an. Si son grand projet de revitalisation attend toujours une sortie d’impasse, un plus petit projet pourra se concrétiser.

En janvier 2023, des représentant.e.s de ruelles du Vieux-Limoilou témoignaient de leurs défis devant leur conseil de quartier. Leur projet de réaménagement, soutenu par le programme d’intervention et de revitalisation des ruelles de la Ville de Québec, demeurait paralysé. Il n’avait pas l’autorisation du propriétaire desdites ruelles, Revenu Québec.

Un comité d’experts à la Ville de Québec devait se pencher sur l’enjeu, commun à plusieurs ruelles. Les citoyen.ne.s, sans nouvelles du travail de ce comité, demandaient des réponses à travers leur conseil de quartier.

France Lavoie, de la Ruelle des Oiseaux de passage, avait témoigné de la déception et de la démotivation qui avait gagné les citoyen.ne.s avec le temps. C’est ce qui l’a amenée à trouver un compromis, explique-t-elle à Monlimoilou ce 31 mars.

« L’automne dernier, j’avais des faces de cadavres, ils étaient tellement découragés, tout le monde, et surtout ceux qui étaient là depuis 4, 5 ans, que je me suis remise à la tâche.

Je me suis dit : [tant pis], je vais aller demander à la Ville de pouvoir faire le Programme de verdissement. […] Ça nous permettrait d’aller chercher 5000 $ de Desjardins, on prenait 5 000 $ de notre budget, plus des subventions à gauche et à droite. […] Je n’ai pas le choix, un moment donné, les gens étaient tellement découragés… »

Politique et lourdeur dans les ruelles

En mars, Sébastien Tanguay dans Le Devoir rapportait que la Ville de Québec songeait à acheter les ruelles orphelines.

La Ville de Québec a promis des nouvelles sous peu à Mme Lavoie et ses voisin.e.s. Ceux-ci sentent une part de « joute politique » sous les ruelles. Et « Revenu Québec, on ne sait pas où il loge là-dedans », ajoute Mme Lavoie.

Les citoyen.ne.s auraient pu devenir propriétaires des ruelles. Cette transaction les aurait toutefois chargés de responsabilités « pas faciles », rappelle Mme Lavoie. Les ruelles demeurant des voies de passages pour les véhicules, les riverain.e.s auraient eu la charge de leur entretien, de leur déneigement…

Publicité

« La lourdeur, c’est la responsabilité. On n’a aucune autorité, mais on aurait la responsabilité. Mettons que tu t’occupes du déneigement, le déneigeur arrive, il y a une voiture en plein milieu… Qui je suis, France Lavoie? Je peux toujours aller voir le propriétaire du véhicule et lui demander de se tasser, mais s’il n’en a rien à cirer… »

Enfin verdir

Ce 31 mars, dans le groupe Facebook du quartier Limoilou, Mme Lavoie se réjouissait d’avoir au moins le feu vert du Programme de verdissement des ruelles. Elle lançait un appel.

« La ruelle des Oiseaux de passage vient d’avoir les autorisations de la Ville pour pouvoir enfin verdir sa ruelle. À cette fin, si vous pensez diviser vos vivaces ou avoir en trop de bulbes, nous sommes plus que preneurs. Notre projet commence au début juin. Merci de nous aider dans notre démarche de verdissement du quartier. »

Lire aussi :

Quatre ruelles, une impasse

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir