Un développement semblable à Fleur de Lys se trame aux Galeries Charlesbourg

Nouvelles unités locatives avec toits verts, centre commercial complètement repensé traversé par de nouvelles rues, déplacements actifs facilités… Les points de convergence entre le projet dévoilé à Fleur de Lys, dans Vanier, et les idées préliminaires proposées par Trudel Corporation sur le site des Galeries Charlesbourg sont nombreux.

Un développement semblable à Fleur de Lys se trame aux Galeries Charlesbourg | 28 juin 2023 | Article par Simon Bélanger

Plan préliminaire du projet de redéveloppement des Galeries Charlesbourg

Crédit photo: Courtoisie Trudel Alliance - Groupe A Annexe U

Nouvelles unités locatives avec toits verts, centre commercial complètement repensé traversé par de nouvelles rues, déplacements actifs facilités… Les points de convergence entre le projet dévoilé à Fleur de Lys, dans Vanier, et les idées préliminaires proposées par Trudel Corporation sur le site des Galeries Charlesbourg sont nombreux.

C’est ce qui est ressorti d’un atelier de participation publique qui s’est tenu mardi soir, dans le chalet du parc Henri-Casault. Celui-ci se trouve dans le quartier Saint-Rodrigue (Charlesbourg).

Moins d’une trentaine de personnes étaient réunies pour réfléchir à l’avenir du centre commercial. Le secteur concerné se trouve à la frontière des quartiers Lairet et Saint-Rodrigue. Cet atelier s’inscrivait dans le contexte de la planification de la Vision d’aménagement pour le secteur de la 1re Avenue. La Ville de Québec doit présenter sa version préliminaire avant la fin de l’année 2023.

Une première rencontre avait eu lieu le 30 mars dernier et s’intéressait davantage au secteur de la friche de la 41e Rue. La cinquantaine de personnes présentes avaient quand même soulevé quelques idées intéressantes pour le secteur des Galeries Charlesbourg. Trois critères principaux s’étaient dégagés de leur réflexion quant à l’aménagement : une trame verte, une place publique et des espaces de loisirs.

Cette fois-ci, le promoteur Trudel Corporation était davantage en mesure de démontrer le niveau d’avancement du projet planifié aux Galeries Charlesbourg. Celui-ci ressemble à celui dévoilé pour Fleur de Lys plus tôt ce mois-ci, à échelle un peu plus réduite.

Revitaliser un secteur en perte de vitesse

L’architecte et designer urbain Érick Rivard souligne d’entrée de jeu que les Galeries Charlesbourg n’ont plus le lustre d’antan.

Brossant un bref historique du lieu, il rappelle que le centre commercial s’est implanté au début des années 1960. L’autoroute Félix-Leclerc (autrefois autoroute de la Capitale) est arrivée plus tard.

Les Galeries Charlesbourg étaient aussi davantage fréquentées.

« À une époque, les stationnements étaient presque tous remplis. Les gens venaient même embarquer dans des autobus pour se rendre au Casino de Charlevoix », illustre M. Rivard.

Publicité

Question de redorer le blason de l’endroit, le groupe Trudel émet la proposition suivante : « créer un nouveau lieu habité et animé au cœur des communautés de Charlesbourg et de Limoilou ».

Les gens présents à la rencontre ont livré leurs opinions et leurs idées sur quatre grandes thématiques : fonctions du lieu, cadre bâti, verdissement et mobilité.

Galeries Charlesbourg, coin 1re Avenue – 41e Rue.
Crédit photo: Simon Bélanger

1 500 logements et cadre bâti

Comme pour Fleur de Lys, les promoteurs souhaitent intégrer une forte dimension locative au projet. L’objectif est d’offrir un total d’environ 1 500 logements. Leur hauteur oscillerait entre 7 et 14 étages.

Afin de grimper à ce niveau, il faut cependant modifier le règlement d’urbanisme. Le zonage limite la hauteur à six étages dans ce secteur.

« On se retrouverait avec l’équivalent de six îlots résidentiels, ce qui représente de 1000 à 1200 familles », illustre l’architecte.

Comme pour Fleur de Lys, les logements des Galeries Charlesbourg respecteraient les « plus hauts standards » en accessibilité universelle, précise Jonathan Trudel, vice-président exécutif et cofondateur de Trudel Corporation.

Les participant.e.s à l’atelier ont émis quelques réserves sur la hauteur maximale qui devrait être autorisée (14 étages). Personne ne semblait cependant s’y opposer formellement.

De son côté, Érick Rivard précise que les édifices plus haut seraient situés plus près de l’autoroute Félix-Leclerc. Il estime que ce choix assurerait une gradation dans la densité. Il précise aussi que les bâtiments plus élevés ne feraient de l’ombre que du côté de l’autoroute.

Besoins en logement

Les gens présents espéraient aussi une grande mixité dans le type de logements offerts. Ainsi, on souhaite des unités pour des personnes seules, des couples, des familles et des étudiant.e.s. Une résidence pour personnes âgées (RPA) d’environ 250 logements serait également incluse dans le projet.

Un citoyen a exprimé ses inquiétudes face à l’ampleur du développement prévu. Pour Marie-Pierre Boucher, responsable de l’aménagement du territoire et de l’habitation sur le comité exécutif, c’est un type de projet dont la Ville de Québec a besoin.

« Actuellement, le taux d’inoccupation de la Ville de Québec est à 1,7%, explique-t-elle. Quand on regarde la démographie et ce qui s’en vient en termes de besoins en logement, on ne répond pas aux besoins en ce moment. […] Dans Charlesbourg, dans le secteur où ce projet-là est proposé, on est à 0,7% de taux d’inoccupation », affirme la conseillère municipale.

Fonctions commerciales

Ainsi, selon les estimations actuelles, 67% des espaces seraient pour du logement et 15% pour une RPA. Les 18% restants conserveraient une vocation commerciale.

Comme à Fleur de Lys, les magasins et restaurants occuperaient les rez-de-chaussée des immeubles locatifs. Une équipe a exprimé le souhait d’avoir une variété de types de restaurants, allant de la restauration rapide à une cuisine plus recherchée. D’autres ont évoqué le souhait que se développe une offre en divertissements, comme une salle de cinéma ou un parc multifonctionnel.

D’autres services de proximité sont aussi à l’étude, comme une clinique médicale ou une garderie. Un participant a également proposé un parc à chiens, une bibliothèque, un atelier de réparation de vélos et un centre aquatique intérieur.

Îlot de chaleur

Comme à Fleur de Lys, l’immense stationnement des Galeries Charlesbourg représente un important îlot de chaleur. Le verdissement devrait encore une fois être à l’honneur, avec des toitures végétalisées et l’aménagement de boisés urbains.

Un mur végétalisé pourrait aussi s’ajouter dans le secteur le plus près de l’autoroute.

Les plans préliminaires prévoient une place publique près de la 41e Rue. Une grande marquise parcourrait le site, rappelant l’ancien mail de l’endroit. Des modules de jeux pourraient aussi s’inviter sur le site.

Des participant.e.s à l’atelier souhaiteraient également des jardins communautaires et des espaces nourriciers.

Mobilité plus active

Des aménagements sécuritaires pour les cyclistes et les piétons devraient s’ajouter dans le projet de requalification des Galeries Charlesbourg.

Une piste cyclable qui traverse le site pourrait notamment être reliée à celle de la 4e Avenue. Les personnes inscrites à l’atelier ont rappelé le besoin d’avoir suffisamment d’endroits pour stationner les bicyclettes de façon sécuritaire. Une équipe a aussi exprimé le souhait de voir se développer des stations àVélo dans le secteur.

Certaines préoccupations ont toutefois été exprimées, particulièrement face à l’augmentation de la circulation et de la congestion routière lorsque les logements seront occupés. Une citoyenne a aussi fait part de son inquiétude face à la hausse de la fréquentation des autobus, puisqu’elle éprouve déjà des difficultés à trouver une place assise en embarquant au coin 41e Rue et 1re Avenue.

Les plans demeurent préliminaires, mais une piste cyclable passerait à travers les Galeries Charlesbourg.
Crédit photo: Courtoisie Trudel Alliance - Groupe A Annexe U

Étapes à venir

Suite à l’atelier, l’équipe de Trudel est invitée à apporter des ajustements à son projet. Si les promoteurs souhaitent aller de l’avant avec leurs modifications au zonage, celles-ci doivent faire l’objet d’une consultation publique et d’une demande d’avis au conseil de quartier.

Outre la dérogation pour le nombre d’étages, un changement de zonage est aussi nécessaire pour autoriser la construction de logements. Cet usage n’est pas permis, selon la réglementation en vigueur.

Quelques personnes réfléchissent à l’avenir des Galeries Charlesbourg. Jonathan Trudel, promoteur, et Érick Rivard, architecte, se trouvent en arrière-plan.
Crédit photo: Simon Bélanger

Par la suite, plusieurs phases de construction pourraient avoir lieu. William Trudel assure que les commerçants actuels pourront demeurer dans les lieux s’ils le souhaitent. Il est cependant possible qu’ils aient à vivre des déménagements temporaires pendant la construction. Le promoteur précise cependant que « l’opération Tetris » sera plus simple qu’à Fleur de Lys.

Du côté de la Ville, celle-ci doit présenter une version préliminaire de la Vision d’aménagement de la 1re Avenue à l’automne 2023. L’adoption de la version finale est prévue pour 2024.

Tous les détails du projet de redéveloppement des Galeries Charlesbourg se trouvent à l’adresse suivante : https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/participation-citoyenne/activites/fiche.aspx?IdProjet=553

Lire aussi:

Projet de 19 logements au 163 chemin Sainte-Foy

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir