1re Avenue : de l’enthousiasme, quelques inquiétudes

Le secteur de la 1re Avenue, dans Limoilou, connaîtra une transformation importante dans les prochaines années. La Ville de Québec organisait lundi soir une soirée d'information et d'échanges pour présenter les grandes lignes de la Vision d'aménagement de la 1re Avenue. L'enthousiasme citoyen semble au rendez-vous, mais des inquiétudes et interrogations demeurent en suspens.

1re Avenue : de l’enthousiasme, quelques inquiétudes | 23 avril 2024 | Article par Simon Bélanger

Vue projetée de l’aménagement des friches d’Hydro-Québec au coin de la 41e Rue et de la 1re Avenue.

Crédit photo: Ville de Québec (photo recadrée)

Le secteur de la 1re Avenue, dans Limoilou, connaîtra une transformation importante dans les prochaines années. La Ville de Québec organisait lundi soir une soirée d’information et d’échanges pour présenter les grandes lignes de la Vision d’aménagement de la 1re Avenue. L’enthousiasme citoyen semble au rendez-vous, mais des inquiétudes et interrogations demeurent en suspens.

Le centre communautaire Marchand accueillait une vingtaine de citoyens sur place, alors qu’entre 20 et 25 personnes ont aussi assisté à la présentation en ligne.

La vision préliminaire a été dévoilée il y a deux semaines, mais la Ville de Québec souhaitait aussi recueillir les avis de la population et répondre aux différentes questions.

Rappelons que le territoire impliqué comprend des secteurs du Vieux-Limoilou, de Lairet et de Saint-Rodrigue (secteur environnant des Galeries Charlesbourg). Il s’étend de la rivière Saint-Charles jusqu’à l’autoroute Félix-Leclerc.

Énoncé de vision

La Vision d’aménagement du secteur de la 1re Avenue se déploie sur un horizon de près de 15 ans, jusqu’en 2038.

«Le secteur de la 1re Avenue deviendra un milieu de vie complet, axé sur la diversité de sa communauté, son offre de services variée, sa grande desserte en mobilité durable et sa biodiversité. À caractère fondamentalement urbain, le secteur de la 1re Avenue évoluera de façon à préserver ses caractéristiques patrimoniales identitaires tout en étant tourné vers l’innovation, l’adaptation et la résilience», statue l’énoncé au centre de ce projet d’aménagement.

Parmi les différents éléments au centre de cette vision, notons les éléments suivants : quartiers complets à échelle humaine, nouveaux lieux d’emplois, signature architecturale distinctive, mixité sociale, mobilité durable et active, résilience face aux changements climatiques, bonification de la canopée, gestion durable des eaux de ruissellement, types d’habitations diversifiés, quartiers apaisés, centralité de quartier pour la 1re Avenue.

Stratégies d’aménagement

Quatre grands thèmes se dégagent dans les stratégies d’aménagement de la Ville.

Activités et vocations du territoire

On précise vouloir une consolidation des milieux résidentiels déjà établis, tout en favorisant une mixité générationnelle et sociale. On souhaite donc l’établissement de différents types de logements, incluant des logements sociaux et abordables.

Publicité

La Ville souhaite également encadrer la requalification de la friche de la 41e Rue, en plus d’accompagner le redéveloppement du site des Galeries Charlesbourg. On souligne la portée sociale de ce redéveloppement, alors qu’on espère voir des espaces communautaires s’y installer. On veut aussi une mixité harmonieuse des différentes fonctions, en plus de favoriser le verdissement.

Du côté sud de la 4e Rue, dans le Vieux-Limoilou, le secteur industriel est destiné à se transformer en lieu d’emploi mixte et à échelle humaine. De nouveaux commerces, des entreprises et des habitations pourraient y voir le jour. On souhaite aussi développer un secteur d’emplois sur le boulevard des Capucins, en plus d’y optimiser l’utilisation du sol. Le réaménagement du secteur autour du parvis de l’église Saint-Charles est aussi mentionné.

Sur la 1re Avenue, dans Lairet, on souhaite renforcer la dynamique commerciale, en plus de proposer des lieux de rencontre, comme des places publiques.

Cadre bâti

En plus de respecter le cadre bâti déjà existant, qui établit un gabarit maître à trois étages, on veut proposer des immeubles plus hauts près des grands axes. Les projets immobiliers d’insertion jouiront également d’une qualité architecturale, en mettant en valeur les caractéristiques anciennes et en assurant une transition harmonieuse avec ce qui existe déjà.

Mobilité et déplacements

Côté mobilité, on souhaite accroître la desserte et l’accessibilité du secteur, en développant le transport collectif. Ainsi, on veut que la 1re Avenue joue un rôle comme axe majeur du réseau de transport collectif. Rappelons que le tramway devait y circuler dans une deuxième phase, mais que le projet est toujours sur pause au moins jusqu’en juin. La Ville envisage aussi une plus grande convivialité des chemins piétonniers qui mènent aux points de correspondance du transport en commun.

Les parcours cyclables et piétonniers seront également améliorés et développés, afin d’offrir un niveau de service adéquat et un milieu sécuritaire. Cela passerait par un réseau continu, sécuritaire et confortable, qui permettrait de mieux partager la chaussée entre usagers.

Finalement, la Ville souhaite notamment profiter des travaux prévus sur le viaduc ferroviaire de la 18e Rue et d’autres infrastructures pour améliorer les points de franchissement. On veut aussi une limitation de la circulation de transit. On souhaite également faciliter le franchissement de la rivière Saint-Charles en direction de Saint-Roch, avec deux nouveaux lieux accessibles pour cyclistes et piétons. Ceux-ci seraient situés à la hauteur de la marina de Saint-Roch et à l’est du pont Dorchester, dans la continuité de la 4e Avenue.

Aménagement des espaces publics

Finalement, la Ville de Québec souhaite créer de nouveaux espaces publics, en plus de bonifier les parcs déjà existants. Elle veut mettre à jour et ajouter des équipements de loisirs et communautaire, en plus d’aménager un parc résilient sur la partie est de la friche de la 41e Rue.

Du côté ouest, on prévoit des aménagements transitoires, afin de laisser la possibilité au RTC de récupérer le terrain pour des besoins futurs. Équipements légers, pépinière urbaine, sentiers, places de détente avec tables de pique-nique et aire de jeu libre font partie des propositions évoquées.

Pour terminer cette catégorie, la vision préliminaire aborde la question du verdissement et de la gestion des eaux de ruissellement. Bonification de la canopée, déminéralisation, infrastructures vertes et programmes incitatifs pour le verdissement des ruelles et des propriétés privées pourraient être au rendez-vous.

Questions et préoccupations

Après la présentation effectuée par les représentants de la Ville, les citoyens ont pu poser des questions. La plupart des commentaires étaient majoritairement positifs face au travail accompli et au résultat présenté, mais des inquiétudes ont été évoquées à quelques reprises.

Aménagements temporaires sur la friche ouest

Le principal élément litigieux concerne l’aménagement temporaire prévu sur le côté ouest de la friche de la 41e Rue. Quelques personnes, dont Julie Tremblay-Potvin, présidente du conseil de quartier de Lairet, ont fait part de leur scepticisme et de leur crainte de voir ces aménagements démolis pour laisser place à un projet du RTC.

Mme Tremblay-Potvin a rappelé que le conseil de quartier s’était jadis opposé à l’installation d’un garage pour le tramway, à l’époque où celui devait circuler sur la 1re Avenue dans sa première phase. Elle croyait que cet enjeu était chose du passé, mais elle craint de revivre la même histoire. Pour l’instant, aucun projet clairement établi n’est prévu par le RTC.

«Il y a une grande incohérence dans cette vision-là, qui s’étend quand même sur 15 ans […] et c’est toute la portion ouest des friches qui reste un peu latente. Même si on a des beaux projets temporaires qui nous emballent, qu’on a proposé des choses. […] Avec tout ce que vous avez pris en compte comme enjeux […], tout ça est incomplètement incompatible, que ce soit un garage, un parc-O-bus, un stationnement, un terminus. [On créerait] des îlots de chaleur qui sont des installations qui viendraient complètement éradiquer la possibilité d’avoir de la verdure sur ce pan de la friche », déplore-t-elle, suggérant au RTC d’explorer davantage les options de terrain un peu plus au nord, dans Charlesbourg.

D’autres personnes ont soulevé la même inquiétude. Une participante a notamment évoqué qu’après quelques années d’utilisation des nouveaux aménagements, les citoyens s’y seront attachés et ne voudront pas les voir disparaître.

Effet de la densification

Un autre élément nommé au cours de la soirée est l’impact important causé par la densification près de la 41e Rue et des Galeries Charlesbourg, qui mèneront à des besoins, comme la construction d’une nouvelle école.

Une citoyenne a notamment rappelé que le redécoupage des bassins d’élèves dans Lairet était bien loin de faire l’unanimité. Elle estime que de nombreuses familles s’installeront dans tous ces nouveaux logements au cours des prochaines années, ce qui créera de la pression dans les écoles. Elle invite donc la Ville de Québec à conserver «un dialogue serré» avec le Centre de services scolaire de la Capitale, afin de planifier les besoins en amont.

Parmi les autres effets redoutés de la densification, on craint également une augmentation du trafic automobile dans un secteur déjà achalandé, au coin de la 1re Avenue et de la 41e Rue. La Ville précise qu’elle fait actuellement des études de circulation.

«Cannibalisation» de l’offre commerciale des Galeries Charlesbourg vs 1re Avenue

Une citoyenne a également soulevé ses inquiétudes quant au développement commercial prévu sur la 1re Avenue. Elle craint que les commerces privilégient les espaces qui seront disponibles dans le secteur des Galeries Charlesbourg qu’à ce qui pourrait se développer sur l’artère principale de Lairet. Du côté de la Ville, on assure vouloir créer un «aspect de complémentarité» entre les commerces qui seront situés dans ces deux secteurs.

Une autre participante a aussi évoqué le besoin de voir apparaître davantage de commerces de proximité sur la 1re Avenue, pour faire contraste avec les quelques chaînes de restauration rapide qui y sont actuellement présentes.

Étapes à suivre

Alors que certaines questions restent en suspens, la Ville de Québec invite les personnes intéressées à participer à la consultation écrite, qui a lieu jusqu’au 6 mai 2024, pour exprimer leurs opinions et propositions face à la Vision préliminaire d’aménagement.

De plus, une assemblée publique de consultation touchera spécifiquement le secteur des Galeries Charlesbourg le 14 mai prochain. Les modalités et le lieu de la rencontre seront publics bientôt.

Par la suite, la vision finale d’aménagement du secteur de la 1re Avenue doit être adopté à la fin de l’année 2024, pour un début de mise en œuvre en 2025.

Pour consulter la présentation faite lundi soir, cliquez sur le lien suivant : https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/participation-citoyenne/activites/CPFichierAzure.ashx?Fichier=bdbfc762-1c18-415b-86af-f8bfc7f61b98.pdf

Pour le document complet, cliquez plutôt ici : https://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/planification-orientations/amenagement_urbain/visions/1re-avenue/docs/Vision_1reAvenue_preliminaire_VF.pdf

Cet article bénéficie du soutien de l‘Initiative de journalisme local, financée par le gouvernement du Canada.

 

Lire aussi :

1re Avenue : une densification importante à venir d’ici 2040

D'ici 2040, la Ville de Québec planifie l'ajout de plus de 2 000 logements sur les terrain[...]

Lire sur Monlimoilou

Vision de la 1re Avenue : la Ville dit avoir «les deux mains sur le volant»

L'élue responsable de la planification et de l'aménagement du territoire, Marie-Pierre Bo[...]

Lire sur Monlimoilou

Un développement semblable à Fleur de Lys se trame aux Galeries Charlesbourg

Nouvelles unités locatives avec toits verts, centre commercial complètement repensé trav[...]

Lire sur Monlimoilou

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir