Café Mila : bientôt un café 100% végane sur la 3e Avenue

Dans environ un mois et demi, le Café Mila ouvrira ses portes sur la 3e Avenue. Cet établissement souhaite proposer une institution 100% végane et un endroit rassembleur. Rencontre avec la fondatrice, Maude Roy-Carpentier.

Café Mila : bientôt un café 100% végane sur la 3e Avenue | 24 avril 2024 | Article par Anne Charlotte Gillain

Le Café Mila sera situé au 986, 3e Avenue, dans l’ancien local de la Société des Cafés.

Crédit photo: Facebook Café Mila

Dans environ un mois et demi, le Café Mila ouvrira ses portes sur la 3e Avenue. Cet établissement souhaite proposer une institution 100% végane et un endroit rassembleur. Rencontre avec la fondatrice, Maude Roy-Carpentier.

Le Café Mila sera situé au 986, sur la 3e Avenue, dans l’ancienne Société des Cafés.

En pleine période de travaux, ce nouvel établissement devrait ouvrir d’ici un mois et demi. La date exacte n’est pas encore connue actuellement.

Originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, Maude Roy-Carpentier a déménagé il y a huit ans dans la Ville de Québec. Après un certificat en psychologie, elle choisit de faire un baccalauréat en design de produits à l’Université Laval.

 « Avec Claudelle Béchard, on a toujours voulu créer une compagnie ensemble. On a travaillé à deux sur notre plan d’affaire et le financement », témoigne Maude Roy-Carpentier.

« J’ai toujours eu des emplois dans la restauration (quatre ans au Fistons, Saucisses & Complices) pour compenser le fait d’aller aux études. Ça fait vraiment longtemps que j’aime faire du service et être avec les gens », explique-t-elle.

 « Depuis que je suis arrivée à Québec, j’ai toujours habité dans Limoilou. J’adore ce secteur. Dans notre sondage pour une institution 100% végane, le résultat était flagrant. C’est là qu’on a eu le plus de répondants », souligne-t-elle.

 « Plus qu’un simple café »

Le Café Mila souhaite proposer une offre végane qui manquait dans le secteur.

 « Depuis cinq ans, je suis complètement végane. Il n’y a tellement pas d’offres de viennoiseries véganes. Je n’arrivais pas à en trouver », raconte Mme Roy-Carpentier.

Publicité

« Pourquoi ne pas ouvrir un café ? »

« Je suis passionnée de café. Moi, je suis très bien équipée à la maison pour me faire mes propres cafés », confie-t-elle.

Pour la fondatrice, il fallait que ce soit bien plus qu’un simple café.

 « On voulait un café 100 % végane, mais avec une boutique intégrée d’arts graphiques d’artistes locaux de Québec et un peu de Montréal. J’aimerais aussi donner un coup de pouce à ces gens-là en entreprise. L’art visuel manque vraiment à notre culture ici. Ça fait aussi un pont avec le bac que j’ai fait », relève-t-elle.

Après le café, l’art, on retrouve le vin dans la dénomination.

 « Je voudrais amener un aspect de communauté, d’où le vin. L’idée serait de créer des petites soirées pour faire des clubs de lecture, des ateliers de tricot, par exemple », avance-t-elle.

Le Café Mila s’est associé à Verdure, une compagnie de plantes sur la 4e Avenue. Cette dernière va avoir une petite place pour vendre une partie de ses plantes.

Se lancer dans l’entrepreneuriat

L’idée du nom «Mila» pour le café est venue d’un échange avec son amie Claudelle Béchard (et ancienne associée du projet).

 « On n’arrivait jamais à trouver un nom. C’était toujours, oui mais… Puis, elle m’a demandé quel premier nom tu donnerais pour ta fille. Et au même moment où j’étais en train d’envoyer le message, elle m’écrit que ce serait Mila, comme moi », se souvient Mme Roy-Carpentier.

« Même si elle ne fait plus partie de la compagnie aujourd’hui, le Café Mila, c’est notre bébé qu’on va faire naître et qu’on va voir grandir. »

L’entrepreneuriat a aussi son lot de difficultés.

 « Au début, lâcher un emploi permanent a été un gros coup pour moi. Mais, c’était le saut qu’il me fallait pour me mettre à fond sur le Mila », reconnait-elle.

La recherche du local était un autre enjeu.

«J’ai eu quelques embûches à trouver le local idéal, afin de faire fleurir le café comme je l’avais imaginé pendant deux ans. Disons que le marché immobilier n’était pas en ma faveur, mais j’ai été super chanceuse de me trouver là où je suis présentement », développe-t-elle.

D’après son point de vue, d’autres embûches ont vu le jour pendant le processus.

« C’est le fait de rendre réel un concept que tu as imaginé et rêvé en le rendant parfait dans ta tête, mais il faut aussi faire des sacrifices au moment de la réalisation. Je comprends par la suite que les coûts reliés au concept idéal sont hors budget. Prendre toutes les décisions à deux c’est plus facile mais seule, c’est mes propres choix que je dois assumer », précise-t-elle.

 « Le Café Mila est un café hors du commun et vraiment coloré. Le simple fait de venir dire bonjour, de passer, ça va me faire plaisir », conclut Maude Roy-Carpentier.

Pour connaître l’état d’avancement du Café Mila, d’autres informations devraient suivre sur la page Facebook de l’établissement

Cet article a été produit par Anne Charlotte Gillain, journaliste de l’Initiative de journalisme local

Lire aussi :

Un café spécial pour les 10 ans de La Maison Smith

La Maison Smith lance le café Smithville pour souligner son 10e anniversaire, un clin d'oe[...]

Lire sur Monlimoilou

La Société des cafés investit le Vieux-Limoilou

L’ancien local de La folle fourchette, laissé vacant depuis la [...]

Lire sur Monlimoilou

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir