Carac’Terre : 25 ans de créativité à célébrer

Du 3 au 14 juillet, 25 exposants et 9 artisans de la relève iront à la rencontre des amateurs de céramique à l'occasion de la 25e édition de l'événement Carac'Terre présenté cette année encore au Grand Marché.

Carac’Terre : 25 ans de créativité à célébrer | 25 juin 2024 | Article par Thomas Verret

La 25e édition de l’événement de l’Association des céramistes du Québec a lieu au Grand Marché, du 3 au 14 juillet.

Crédit photo: gracieuseté

Du 3 au 14 juillet, 25 exposants et 9 artisans de la relève iront à la rencontre des amateurs de céramique à l’occasion de la 25e édition de l’événement Carac’Terre présenté cette année encore au Grand Marché.

Point de vente, ateliers d’initiation à la poterie et espace 25e anniversaire

En plus de l’exposition-vente des céramistes, les gens pourront également participer à des ateliers d’initiation au tournage d’argile. Deux expositions leur permettront aussi de revivre plusieurs faits marquants des 25 éditions et d’admirer diverses pièces réalisées au cours des années, dont certaines par des artistes impliqués depuis le jour 1.

Un « incontournable »

Seule vitrine entièrement dédiée à la céramique à Québec, l’événement est un rendez-vous incontournable, autant pour les céramistes que les amateurs.

D’ailleurs, aux yeux du porte-parole de cette 25e édition, « le marché Carac’Terre est devenu une institution au fil des ans ».

« C’est un moment en or pour rencontrer des céramistes qui fabriquent des pièces uniques », souligne Simon Robert.

Pour la dizaine d’étudiants de la Maison des métiers d’art participant au volet relève, c’est une occasion de tester leur marchandise, de rencontrer le grand public et d’apprendre à connaître la clientèle.

Une pratique « plus décloisonnée » que jamais

Présent lors des débuts de Carac’Terre il y a 25 ans, M. Robert a assisté au renouveau de la céramique au Québec dans le dernier quart de siècle. En 1999, la province entrait alors dans « une espèce d’âge d’or de la céramique ».

« On sortait d’une période où il y a des pièces qu’on ne devait pas faire à l’époque », la pratique des années 1970 étant jugée vieillotte, puisque « qu’il fallait tout faire sauf de la céramique brune avec des picots », se remémore celui qui enseigne les arts visuels au sein du programme préuniversitaire du Cégep Limoilou.

« Il y avait un peu des interdits et on cherchait un nouveau langage, à rendre la céramique plus actuelle. »

Publicité

Simon Robert constate maintenant que « la population a repris contact avec la céramique», que cette pratique est rendue « très, très populaire ».

« Tout ce qui est fait à la main, ça fascine beaucoup les gens et ça fait en sorte qu’il y a à la fois un public et des personnes qui veulent en faire. »

« 25 ans plus tard, j’ai l’impression qu’on s’est réconciliés un petit peu avec toutes les formes d’expression de la céramique. »

M. Robert observe actuellement une variété de pratiques « très décloisonnées », que ce soit des expérimentations avec différentes couleurs de terre ou inversement une céramique plus traditionnelle ressemblant davantage aux années 1960-1970.

Si certains pays comme le Mexique ou la Chine ont à composer avec des traditions, ce n’est pas le cas au Québec, où « les gens cherchent avant tout à développer leur langage en esthétique », à travers la céramique, ouvrant ainsi l’univers des possibles.

« On n’a pas autant de références, on est assez libres… Ça donne des productions de nature un peu plus personnelle, artistique et contemporaine. »

L’Association des céramistes du Québec lancera cette édition anniversaire, le 3 juillet, lors d’un vernissage épicurien se tenant de 16h à 18h.

Pendant 12 jours, l’événement se déroulera donc au deuxième étage du Grand Marché.

Les détails de la programmation se trouvent sur la page Facebook de Carac’Terre.

Pour participer aux ateliers d’initiation, il faut réserver une plage horaire en ligne.
Crédit photo: Carac'terre

Lire aussi :

10 ans de l’Atelier La Patente : il y a plusieurs bonnes raisons de célébrer en ce moment au 507 rue des Sables

Lieu communautaire d'éducation populaire autour des savoir-faire manuels, La Patente fête[...]

Lire sur Monlimoilou

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir