Trois scénarios pour l’avenir d’ExpoCité, mais l’attachement au Colisée demeure

Trois scénarios, encore très préliminaires, sont à l'étude face à l'avenir de la section nord-est d'ExpoCité, qui inclut le Colisée. Autour de 70 personnes ont tenté d'imaginer le futur du site lors d'un atelier participatif mardi soir. Et, n'en déplaise au maire de Québec, l'attachement au vieil aréna est toujours bien présent chez plusieurs citoyens.

Trois scénarios pour l’avenir d’ExpoCité, mais l’attachement au Colisée demeure | 1 mai 2024 | Article par Simon Bélanger

Mélissa Coulombe-Leduc, responsable de l'urbanisme au comité exécutif et présidente de la commission d'ExpoCité, Catherine Chénier, directrice d'ExpoCité, Laurie Gosselin, architecte à la Ville de Québec, et Diane Collin, conseillère en urbanisme, ont présenté le projet et les scénarios à l'étude pour l'avenir du nord-est d'ExpoCité.

Crédit photo: Simon Bélanger - Monlimoilou

Trois scénarios, encore très préliminaires, sont à l’étude face à l’avenir de la section nord-est d’ExpoCité, qui inclut le Colisée. Autour de 70 personnes ont tenté d’imaginer le futur du site lors d’un atelier participatif mardi soir. Et, n’en déplaise au maire de Québec, l’attachement au vieil aréna est toujours bien présent chez plusieurs citoyens.

Depuis la fermeture du Colisée en 2015, l’avenir de l’ancien domicile des Nordiques fait fréquemment la manchette à Québec. En campagne électorale en 2021, le candidat Bruno Marchand plaidait pour l’établissement d’un nouveau quartier, en intégrant une mixité de logements, afin de répondre à la crise actuelle. Ce choix impliquait une démolition au moins partielle du Colisée.

Plus de deux ans après son arrivée à la mairie, son discours a peu changé. En mars dernier, il réaffirmait son parti pris pour une démolition de l’infrastructure, alors même que la consultation publique était en cours. Un sondage SOM-Le Soleil démontrait en revanche que l’attachement pour l’ancien amphithéâtre était toujours présent, alors que 65% des répondaient estimaient qu’il ne devait pas disparaître.

Les résultats de l’atelier participatif consacré à l’avenir du secteur nord-est d’ExpoCité, tenu au Grand Marché (et en partie en ligne), vont en majorité dans le même sens. Plusieurs ont proposé de nouvelles vocations à l’endroit et sont ouverts à sa transformation, mais les personnes souhaitant ouvertement sa démolition semblaient peu nombreuses.

Mélissa Coulombe-Leduc, rencontrée pendant la soirée, est prête à toute éventualité, mais croit que la situation a changé dans les dernières années.

«Oui [on est ouvert aux propositions], sinon on ne le mettrait pas au jeu ce soir. Il y a un certain attachement. Mais je commence à sentir que les gens commencent à passer à autre chose. Les Nordiques sont partis. On a le Centre Vidéotron qui est un peu le bâtiment qui remplace au niveau de l’usage, de la vocation du Colisée », affirme la présidente de la commission d’ExpoCité.

«Par rapport à la valeur patrimoniale, c’est vrai que le Colisée, surtout la version originale, avait une valeur patrimoniale. Quand on est venu déposer la boîte carrée par dessus en 1979 pour agrandir, ça l’a un petit peu entamé», ajoute Mme Coulombe-Leduc.

Elle affirme en revanche que c’est «aux résidents de donner leur avis».

Environ 70 personnes ont participé à l’atelier participatif sur l’avenir du nord-est d’ExpoCité.
Crédit photo: Simon Bélanger - Monlimoilou

Lignes directrices

Les participants à l’atelier se sont penchés sur trois scénarios distincts à propos de l’avenir du secteur nord-est d’ExpoCité.

Publicité

Dans toutes les propositions, des lignes directrices communes ont été dégagées pour guider les orientations. Certaines de ces orientations sont héritées du Programme particulier d’urbanisme (PPU) Wilfrid-Hamel-Laurentienne, adopté en 2022.

La vocation événementielle d’ExpoCité doit notamment être pérennisée, alors que le site doit conserver une attractivité et un achalandage constant. Cette vocation événementielle d’envergure doit aussi se concilier avec les besoins de la communauté, quant aux impacts pouvant être causés par le bruit ou la circulation.

Les espaces sous-utilisés devront aussi être développés ou valorisés, par exemple en intégrant des stationnements intérieurs au projet. Les usages et les aménagements choisis doivent aussi être compatibles et cohérents, tandis que l’architecture de nouveaux bâtiments doit être à échelle humaine et en harmonie avec son milieu.

Les usagers de la mobilité active devront profiter d’un aménagement convivial. La sécurité et le confort devront aussi être de mise pour les usagers d’ExpoCité.

Finalement, on vise au moins 25% d’aire verte ou de canopée sur le site, à travers des travaux de déminéralisation et de verdissement.

Trois scénarios sont proposés pour l’aménagement du secteur nord-est d’ExpoCité.
Crédit photo: Simon Bélanger - Monlimoilou

1er scénario : Consolider

La première proposition vise la consolidation du pôle événementiel qu’est ExpoCité.

Dans cette vision, différentes options sont possibles pour l’avenir du Colisée. Un édifice multifonctionnel et d’économie circulaire (dans le Colisée ou non) pourrait y prendre place. Ce scénario impliquerait de faire du secteur un site attrayant et animé, en développant sa vocation sportive et événementielle. On y intègre aussi l’idée d’en faire un pôle communautaire. Il répondrait aux besoins en sports, en loisir, en culture et dans le secteur communautaire.

Ce premier scénario met également l’accent sur la bonification de l’offre en commerces et en services de proximité.

L’aménagement d’espaces verts est aussi au cœur de ce scénario, qui pourrait inclure des zones de plantation, des jardins communautaires et des équipements sportifs extérieurs.

2e scénario : Changer

La seconde proposition à l’étude est celle impliquant le plus important changement de vocation sur le site, avec l’établissement d’un nouveau milieu de vie. Si cette option est sélectionnée, la démolition du Colisée serait nécessaire.

On développerait également plus de 550 unités résidentielles aux typologies variées. Dans ce cas aussi, on ajouterait des commerces et des services de proximité, en faisant usage des rez-de-chaussée des nouveaux immeubles résidentiels. Ce scénario répondrait aux besoins d’habitation et de densification. Par ailleurs, le zonage actuel permet actuellement des bâtiments jusqu’à 6 ou 8 étages, selon l’endroit.

Des aires extérieures seraient aussi aménagées, pour des sports et loisirs, des jardins communautaires ou des zones de plantation.

Cette option impliquerait également le besoin de développer une relation harmonieuse entre le milieu de vie et les zones d’activités événementielles. Des rues conviviales seraient aménagées sur le site.

3e scénario : Concilier

Le dernier scénario proposé implique une plus importante mixité d’usages, incluant de l’habitation. On y intégrerait plus de 300 logements qualifiés d’abordables, avec des typologies variées.

Les options restent ouvertes pour l’avenir du Colisée, incluant la possibilité d’une démolition partielle ou totale. On y propose également le développement de plateaux sportifs et d’infrastructures pour des usages culturels, communautaires et commerciaux. Les stationnements seraient souterrains et/ou étagés. On y proposerait aussi de l’agriculture urbaine.

Ainsi, ce scénario demanderait de concilier la vocation événementielle et les fonctions liées à un milieu de vie.

Un Colisée à conserver

Après une présentation du projet et des lignes directrices, les citoyens présents au Grand Marché se sont réunis à différentes tables, afin de discuter des scénarios et de confronter leurs idées. Celles-ci ont ensuite été partagées lors d’une plénière pour terminer la soirée.

Le premier et le troisième scénario semblent avoir été les plus populaires, mais avec plusieurs modifications à chaque fois. Mais chez la plupart des équipes, le Colisée demeurait sous une forme ou une autre.

Plusieurs ont proposé une nouvelle vocation à l’ancien aréna. Quelques propositions tournaient autour de l’accueil d’organismes communautaires, nombreux à se chercher un local. Une équipe a notamment évoqué La Bouchée généreuse, située juste en face, qui se cherche justement un nouveau domicile.

La continuité d’une vocation sportive pour l’endroit a aussi été proposée, mais celle-ci pourrait demander une importante transformation du lieu. Quelques personnes ont suggéré de nouveaux équipements sportifs, comme un stade de soccer (qui pourrait aussi servir au rugby). L’homme qui a proposé l’idée rappelle que des démarches sont en cours pour accueillir une équipe professionnelle de soccer à Québec, dans la Première ligue canadienne de soccer (PLC).

Une équipe a aussi proposé la mise sur pied d’un Institut national du sport, qui pourrait servir au développement d’athlètes d’élite dans diverses disciplines. Un jeune garçon a aussi proposé de faire un musée sportif dans l’ancien Colisée, qui reviendrait sur l’histoire des Nordiques et de d’autres sports.

Finalement, le Colisée pourrait aussi accueillir des ateliers et studios d’artistes de diverses disciplines, ou même devenir un lieu où faire de l’agriculture urbaine.

Colisée de Québec, août 2021
Colisée de Québec, août 2021
Crédit photo: Suzie Genest

Ambivalence face aux logements, importance de la verdure

Si plusieurs souhaitent conserver le Colisée, il n’y avait pas d’unanimité quant à la construction de logements sur le site d’ExpoCité.

Les équipes favorisant le scénario 3 étaient favorables au développement de nouveaux logements, qui respecteraient diverses typologies. Une participante a souligné qu’il serait important d’avoir des loyers modiques à travers l’offre.

Dans d’autres cas, on estime que le site d’ExpoCité n’était pas le bon endroit pour accueillir du logement. Une personne souligne la proximité avec la vie événementielle, en plus des inconvénients causés par le passage constant de camions vers l’usine de Natrel située tout près et le bruit causé par les trains circulant sur le chemin de fer. Une dame estime aussi que le déménagement d’organismes communautaires vers le Colisée pourrait libérer des espaces destinés au logement.

En revanche, plusieurs équipes ont souligné le besoin de verdissement dans le secteur, en incluant un parc au projet. Si ExpoCité et la Ville de Québec souhaitent augmenter la canopée de 25%, des citoyens leur proposent d’être encore plus ambitieux.

Finalement, une équipe souhaite utiliser le stationnement réservé au Centre Vidéotron. Selon elle, celui-ci n’est pas beaucoup utilisé en dehors des soirs de spectacle ou de hockey. Un participant propose de faire des projections au sol, qui permettraient par exemple de projeter des pistes pour faire des courses de vélo ou des terrains de basketball. Ces projections seraient retirées lorsque le stationnement doit être utilisé.

Précisons que 3400 cases sur les 4100 cases disponible sur le site sont destinées au Centre Vidéotron.

Prochaines étapes

Depuis ce matin, un nouveau questionnaire est disponible en ligne. Il propose les trois scénarios présentés durant la soirée de lundi. Les personnes intéressées peuvent écrire leurs suggestions jusqu’au 8 mai prochain.

Par la suite, la Ville de Québec et ExpoCité souhaitent dévoiler la vision retenue pour le secteur nord-est d’ExpoCité avant les prochaines vacances d’été.

Nous devrions donc être davantage fixés quant à l’avenir du Colisée d’ici quelques semaines.

Pour consulter le document présenté mardi soir, suivez le lien suivant : https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/participation-citoyenne/activites/CPFichierAzure.ashx?Fichier=8a5080b0-9ff3-490e-8f0e-53785e0ddaed.pdf 

Cet article bénéficie du soutien de l’Initiative de journalisme local, financée par le Gouvernement du Canada.

Lire aussi :

Pour ses 15 ans, Où tu vas quand tu dors en marchant…? se dirige vers ExpoCité

Pour sa 15e édition, le parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant.[...]

Lire sur Monquartier

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir