Écoquartiers à Québec : les firmes étrangères retirent leurs billes

Encore une fois, a-t-on raison d'être pessimistes à propos du développement souhaité de ces vastes terrains à moyen terme, surtout dans une perspective d'aménagement "à l'européenne"? En tout cas, le sujet fait jaser, chez nos amis de Québec Urbain...Source : Samuel Auger, Le Soleil, 16 octobre 2011.

Les grands architectes des écoquartiers de Stockholm ou les entrepreneurs suisses ne seront finalement pas de l'aventure québécoise, alors que la construction des milliers d'unités d'habitation incombera plutôt à des entrepreneurs locaux.La Ville de Québec n'a toujours pas annoncé les entrepreneurs et les architectes qui seront responsables de ces chantiers majeurs, les plus gros en la matière au Québec. La Ville avait indiqué cet été que six promoteurs avaient manifesté leur intérêt - deux pour D'Estimauville et quatre pour la Pointe-aux-Lièvres. Les entreprises ayant répondu à cet appel de propositions n'ont pas été dévoilées publiquement.Or, plusieurs sources ont confirmé au Soleil que les firmes en lice sont locales et non pas internationales. (...)Un comité de travail de la Ville de Québec doit remettre incessamment ses recommandations finales au comité exécutif quant aux consortiums à privilégier. Les firmes retenues disposeront ensuite de trois mois supplémentaires pour peaufiner leurs visions.Le début de la construction est prévu pour la fin 2012 ou le début 2013. L'objectif de l'administration du maire Régis Labeaume est de livrer la moitié des unités d'habitation des écoquartiers d'ici 2016. (...)

[ La suite. À lire notamment : Écoquartiers à Québec : les promoteurs seront bientôt choisis et Écoquartier : la leçon de Londres. ]