Parc Atout : parc à neige ?

Parc Atout
Le petit parc a servi de dépôt à neige cet hiver.

Le « nouveau » parc Atout n’a pas fière allure par les temps qui courent…Alors que la neige a enfin fondu dans les autres parcs du quartier, le parc Atout – maintenant appelé parc Roland-Asselin et caché entre la 3e Avenue et de la Canardière – est submergé de neige sale et demeure inaccessible aux enfants du quartier. Au rythme où la neige fond, on peut s’attendre à ce qu’il y en ait pour encore 2-3 semaines avant que le parc soit entièrement accessible. Croisé aux abords du parc, Alexis Bélanger, un résident du quadrilatère impliqué dans le comité de ruelle, nous a expliqué un peu la situation.

Publicité

Roland-Asselin, quartier LimoilouDepuis de nombreuses années, les résidents vivant autour du parc paient pour déneiger la ruelle – et la neige est ensuite envoyée dans le parc. Historiquement, l’espace central était considéré « privé » et cette pratique ne posait pas de problèmes en soi – quoique cela demeurait dommage pour les résidents qui voulaient profiter de l’espace en hiver et tôt au printemps. Le hic, c’est que le parc est désormais la propriété de la Ville de Québec, qui a payé et effectué les aménagements récents (estimé à un peu de moins de 100 000$). Pourtant, les résidents continuent d’envoyer leur neige dans le parc – en ont-ils le droit ?

La Ville avait manifesté une ouverture à assumer une part de responsabilité du déneigement de cet espace, plus précisément par la prise en charge du transport de la neige. Nous sommes toujours en attente d’une réponse à cet égard » me confie Alexis.

Le parc demeure donc inaccessible à ce jour et cette pratique risque d’endommager à moyen terme les équipements. Dans l’absolu, il y a deux solutions possibles : les citoyens du quadrilatère paient plus cher pour que la neige soit enlevée, ou la Ville trouve une solution au problème du déneigement de la ruelle. J’ai l’impression que les citoyens du quadrilatère doivent pencher plus fortement pour cette deuxième option… On semble ici être dans un cas classique de conflit entre la propriété publique – le parc – et l’accès à ce même lieu – la ruelle – qui est « privée ».Nous sommes dans l’attente d’une réponse de la conseillère municipale Suzanne Verreault sur l’état de la situation, puisqu’elle a été très impliquée dans le dossier et qu’elle a appuyé le réaménagement.