L’autre Maizerets

Monlimoilou.com m’accueille aujourd'hui comme blogueur dans Maizerets. C’est une opportunité enivrante pour quelqu’un qui aime découvrir, écrire et partager. Mes papiers seront des portraits de gens, de commerces, d’évènements et de rassemblements d’apparences ordinaires qui témoigneront de l’autre Maizerets, celui qui se désire, se discute et se marche au quotidien.À l’image des contes de Kate Bernheimer où le monde, en quête d’attention, jette une clef orpheline au visage de la jeune Lucy Gold, une clef sans destination, je me lance dans cette aventure avec en tête la vieille question héraclitéenne d’où, vers où? Récemment arrivé dans un quartier à l’image au beau fixe et à la réalité changeante, toutes choses, dans les moindres détails, semblent aptes à révéler d’incroyables histoires.Maizerets, ce n’est pas un quartier tranquille, c’est un quartier subtil, une mixture urbaine complexe. Ancienne peuplade ouvrière à l’ombre des usines, le quartier est bordé de rails et de boulevards  « commerciaux » qu’on peine à colorer, sortes de frontières inflexibles d’un quartier trop longtemps griffonné. Toutefois, le quartier regorge de grands arbres et de vieilles maisons, de rues calmes et éthérées, de racoins, d’incorruptibles petits commerces, de deuxièmes chances et d’exilés d’autres quartiers, d’autres pays.Enchevêtré à travers tout cela, il y a un quartier urbain qui se cherche, un quartier qui a longtemps pu sembler à bout de souffle, du moins de l’extérieur. Pourtant les choses bougent, quelque chose se trame ici. Les commerçants, comme les citoyens, en parlent. Mêlent-ils leurs désirs à la réalité? Probablement, mais c’est eux le quartier. Désirs, rêves, réalité… tout ça est malléable. Je serai donc aussi de la fête, et documenterai ce que je découvrirai de tous ces gens afin que vous aussi, je l’espère, ayez un pied dans l’autre Maizerets.