Une élève de Jean-de-Brébeuf met sa tête à prix

Élève Jean-de-BrébeufLorsque sa grand-mère a eu le cancer, Marion a déclaré que «si mamie perd ses cheveux, je veux me faire raser.» À peine 10 ans, et déjà solidaire de la souffrance des autres. Aussi sa mère n'a-t-elle pas été étonnée lorsque, deux ans plus tard, Marion lui a annoncé qu'elle allait mettre ses cheveux à l'enchère pour Leucan dans le cadre du Défi têtes rasées. Cette fois, ce sont aux enfants qui subissent des traitements de chimiothérapie qu'elle souhaite dire un peu de sa compassion.«C'est inspirant de voir une jeune fille de 12 ans qui n'a pas peur de grand-chose, qui n'a pas peur du regard des autres», estime Anne Loiselle à propos de la nouvelle tête qu'arborera sa fille le 25 mai prochain. Alors que plusieurs écoles tiennent l'événement en leurs murs, Marion, elle, a décidé de faire cavalier seul en se présentant à l'un des sites de rasage proposés par Leucan – en l'occurrence, aux Promenades Beauport.Ses amis n'ont-ils pas eu envie de suivre son exemple? «Je crois qu'ils ne sont peut-être pas aussi déniaisés que moi», répondra l'adolescente dans un mi-sourire. Elle ne s'en cache pas, au-delà de la cause des enfants atteints de cancer qui profiteront de son geste, c'est aussi dans l'idée de se distinguer qu'elle met sa tête à prix. «Tout le monde a les cheveux longs…», fait-elle valoir.Défi têtes raséesCe goût de la différence, qui se devine dans son engagement et qui se trahira bientôt dans sa nouvelle coiffure, est sans doute ce qui peut faire de Marion un «agent de sensibilisation», comme le dit si bien sa mère. Son coco rasé, forcément, suscitera des questions dans son entourage, notamment à son école Jean-de-Brébeuf. Déjà, elle y fera parler d'elle et de la cause qu'elle défend par la campagne de financement qu'elle s'apprête à lancer avec la vente d'autocollants qui autoriseront le port du chapeau à l'intérieur des classes. Celle qui achève sa première année au secondaire reprend ainsi une initiative menée par l'institution scolaire lors d'une précédente participation au Défi têtes rasées.Des 500$ que la jeune Limouloise espérait récolter pour son défi, elle est rendue à près de 1000$ - «grâce à ma famille, aux amis et aux amis de la famille», apparemment tous inspirés et touchés par la force volontaire de l'adolescente. Une belle somme que Marion remettra fièrement à Leucan... avant, sûrement, de trouver une autre cause à son image.Pour faire un don à Leucan via le projet de Marion: Défi têtes rasées.